The Weeknd – « Beauty Behind Madness »

GlennPar Glenn  •  6 Oct 2015 à 14:06  •  Albums  •   0 views

Le chanteur canadien The Weeknd est connu pour avoir élargi les barrières du R&B avec sa musique allant dans un sens plus alternatif. Il revient avec « Beauty Behind Madness », permettant cette fois à un plus large public d’apprécier son travail.

Un son plus accessible, c’est ce que l’on peut en déduire après l’écoute de ce troisième album. Généralement habitué à des productions plus down-tempo avec des grosses basses et des échos de son complice Illangelo, cet opus est composé toutefois de morceaux plus rythmés tels que ‘Losers’ et ‘Can’t Feel my Face’. Cela permet à l’auditeur de deviner les influences de l’artiste : Michael Jackson, Prince et R.Kelly. Le reste de l’album emprunte beaucoup aux sonorités à la mode selon les codes de ladite « musique urbaine » à l’instar de la Trap, du UK bass, voire de l’EDM.

Textuellement, les thèmes sont similaires aux derniers LP. Les sujets tels que le sexe, les drogues et la fête sont récurrents. Faisant de « Beauty Behind Madness » une ode à ce qui fait allusion à toutes activités nocturnes qui auraient quelque peu dérapé. La gueule de bois n’est jamais très loin et le sentiment de misère qui va avec non plus. Ça ne vole pas forcément très haut à priori, mais Abel Tesfaye réussit néanmoins à rendre ses propres plaisirs artificiels captivants, de là à inviter l’auditeur à le joindre dans ses péripéties.

Light one up, let me bum a smoke
Still coming down, dripping throat
I got another man’s blood on my clothes
But it ain’t his fault, it’s the life I chose

Clame The Weeknd sur ‘Dark Times‘, où chacun peut s’apercevoir que le chanteur R&B mène apparemment une vie plutôt rock’n’roll. Il s’éloigne un peu de ses congénères du même genre au niveau du lifestyle: peu recommandable et débridé. Cassant donc les clichés et évoluant le style musical, The Weeknd a une approche plutôt différente et innovante, à se demander si ce dernier n’a pas ouvert quelque part une nouvelle brèche.

Republic Records – 2015

Glenn

N’aimant pas particulièrement la musique, j’ai été catapulté ici par hasard et au-delà de ma volonté. Préférant l’austérité à la frivolité du spectacle de la débauche auditive, je compte les jours qui me permettront à long terme de devenir sourd. Le vacarme m’étant insupportable.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.