Warpaint – « Heads Up »

ThomPar Thom  •  23 Sep 2016 à 14:59  •  Albums  •   1 view

Six ans après l’acclamé « The Fool« , Warpaint sort un troisième album sur le label Rough Trade. On s’attendait au pire, mais tout va bien.

On a eu chaud les enfants, on a eu chaud ! Au début de l’été, alors que j’écoutais une station de radio « pour les jeunes », j’ai pu découvrir un morceau dont le clubbisme exacerbé me mit un peu la nausée. Ô horreur, il s’agissait en fait du premier titre d’un album prochain des Américaines de Warpaint, un quatuor pour lequel j’avais jusque-là une affection sans faille. Une disgrâce infâme inonda mon âme, et je m’efforçai de ne plus y penser.

Mais voilà qu’aujourd’hui sort le nouveau disque des Angelines. ‘Whiteout‘ démarre l’album et la déception s’estompe quelque peu. On retrouve ce qui faisait déjà du précédent « Warpaint » un bon album: cette sorte de mélange entre des rythmique aux inspirations trip-hop, des loops obsédantes et la maîtrise des enchevêtrements vocaux des quatre femmes qui forment ce groupe. Rebelote avec ‘By Your Side‘, plus sombre. On en vient à croire que Warpaint ont sorti ‘New Song‘ pour jouer un tour aux hipsters qui se sont excités durant tout l’été dans les Urban Outfitters de la planète. Une mention encore pour la basse groovy de ‘So Good‘, un autre morceau plus pop de l’album, ainsi que pour le fragile ‘Today Dear‘ qui vient clore l’effort.

Au fil de leurs trois albums, Warpaint ont réussi à imposer un son nouveau que les mauvaises langues qualifieront de répétitif. Tout faux ! Alors que « The Fool » tendait à trouver son inspiration dans certains dogmes du post-rock, « Heads Up » fait la part belle aux compositions intelligentes, tant au niveau instrumental que vocal.

Rough Trade – 2016

Thom

En 210 caractères, on peut dire de moi que j’aime: mettre du Maggi sur mon pain et les bande-annonces au cinéma. Je n’aime pas me raser et la peau sur le lait. Par contre, pas la place pour parler de musique.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.