L’Amalgame fera une rentrée électrique

LouisPar Louis  •  29 Août 2016 à 23:00  •  Live  •   4 views

Amateurs « de Ratatat, Rone, Kiasmos et Jon Hopkins » , pour reprendre les recommandations de la salle, seront vernis ce samedi 3 septembre à l’Amalgame. La salle démarre sa saison 2016-2017 sur une note électronique avec quatre noms qui valent le détour.

Sans chauvinisme, on commencera par évoquer Garance, une incontournable de la scène techno romande qu’on a récemment appréciée lors de la soirée du vendredi de l’Electron Festival à Genève. Hyper-active, elle affirme sa passion depuis 2005 de plusieurs manières, que ce soit à travers des émissions qu’elle tient sur des radios grecques (véridique), l’organisation d’événements et, ce qui nous intéresse le plus ici, la production de remixes comme de tracks inédites. Taillées pour les clubs, celles-ci sauront faire balancer les nuques romandes comme seul un cocktail réussi d’alcool et de techno planante sait le faire.

Applescal

Derrière ce nom on trouve Pascal Terstappen, une des têtes pensantes du label hollandais Atomnation, le même qui a révélé Weval, la tête d’affiche de la soirée, en sortant leur premier EP « Half Age » . Un flair qui en dit long sur la qualité du goût du bonhomme, qui se manifeste à travers une musique électronique hybride, empruntant tant à la house qu’à l’electronica. Il n’hésite pas à abandonner le traditionnel 120 bpm cher à la techno pour créer des atmosphères aériennes propices à une écoute intimiste chez soi, mais se montre également à l’aise dans des cadres plus festifs tels que ses sets remarqués à Berlin, New York, Barcelone ou Paris l’ont démontré. S’il ne peut prétendre à la popularité de Weval, les fans du duo dont il a propulsé la carrière via son label trouveront leurs morceaux et ceux d’Applescal une proximité bienvenue qui en font un co-headliner tout approprié.

Christian Löffler

Alors que la scène électronique est profondément ancrée, dans l’imaginaire collectif, au rythme effréné et mécanique des grandes métropoles, Christian Löffler prend le contre-pied de cette tendance en puisant son inspiration dans la nature et la quiétude qui la caractérise. On en tire une musique encore une fois hybride, évoquant parfois les nappes éthérées d’un Pantha du Prince, aux sonorités fines et recherchées loin de la paresse d’un bedroom producer se reposant sur une banque de sons trouvée au détour d’internet. Comme il le dit si bien, « la majorité de la musique actuelle a perdu son identité » , une faiblesse qu’on ne saurait reprocher à Christian Löffler, dans sa perpétuelle de créer une musique intemporelle, susceptible de dépasser les modes éphémères.

Weval

Par leur direction atypique faisant fi des courants musicaux dominant la scène électronique, par leurs tracks se prêtant aussi bien à une écoute au calme chez soi le casque vissé sur les oreilles qu’à un dancefloor mal éclairé, par leur originalité et leur créativité enfin, les deux Néerlandais de Weval pourraient s’accommoder aisément des qualités relevées chez Christian Löffler et Applescal. Cependant Weval pousse la vertu un peu plus loin en parvenant à démocratiser, par l’immédiateté de leur son, un genre d’électro à priori exigeant au grand public, à la manière d’un Trentemøller dans une autre voie. Ce n’est ainsi pas exagéré de parler de « révélation » lorsqu’on évoque ceux à qui on doit des titres comme « Easier » ou « Detian » , à la fois subtils et terriblement efficaces. Et si l’on pouvait se montrer suspect face à des morceaux tellement accrocheurs que des grandes marques de boissons n’ont pas hésité à les utiliser pour des spots publicitaires, ils ont réussi à prouver avec leur premier album sorti en juin dernier qu’on ne serait les limiter à leurs premiers succès. La scène électronique n’a pas fini de se transformer sur leur passage.


weval-cover-site-1

Informations

Weval, Christian Löffler, Applescal et Garance
Amalgame, Yverdon
Doors 22h / Tickets 23 frs
Facebook


 
Auteur:
Louis

Je recherche : une édition originale de l’EP éponyme de Medieval Steel en 12 ». Je propose : deux cannettes un jeudi à la Ruche. Eh ouais, l’expat’ fribourgeois n’a pas perdu ses habitudes langagières arrivé à Lausanne.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.