Tourist – « U »

RaffaelePar Raffaele  •  12 Mai 2016 à 11:51  •  Albums  •   2 views

Après avoir œuvré comme producteur, Tourist se lance en solo. Son premier album « U » contient de jolis passages électro et quelques morceaux très bien torchés. Il manque hélas une cohérence d’ensemble. 

On ne peut pas dire que William Phillips ou Tourist sorte de nulle part. Alors qu’il sort son premier disque, il possède déjà un solide bagage en tant que producteur de mastodontes musicaux très grand public, à savoir Disclorure et Sam Smith. Avec « U« , on sent que Tourist a voulu prendre un chemin clairement moins pop.

Sans pinailler sur les détails, on navigue dans le registre de l’électro plutôt chill. Tourist a également sorti un clip de ‘Run‘, son meilleur morceau (ci-dessous). Autant la musique que la vidéo sont réellement agréables et produisent un effet berçant et énergisant à la fois. Plusieurs autres pistes s’inscrivent dans la même veine, en particulier ‘Waves‘ et son admirable jeu de basses, ainsi que ‘For Sarah‘ qui dénote d’une grande profondeur. Je ne sais pas qui est Sarah, mais elle doit être chère au cœur de Tourist pour qu’il lui dédie une si belle mélodie.

Deux styles trop différents

Il n’y a pas de mauvaise composition sur cet album, ce qui est un bon point en soi. En revanche, la cohésion entre les différents morceaux fait clairement défaut. À part l’électro calme mais au beat constant et porteur, toute une série d’autres morceaux aborde un style nettement plus déstructuré se rapprochant davantage de la chill trap. Les genres sont si différents que l’écoute globale s’en trouve complètement déroutée.

Mélanger ainsi les genres est un pari risqué, trop risqué même. Cette fois, la mayonnaise ne prend pas malheureusement. Les titres s’écoutent très bien séparément, mais mis les uns à la suite des autres, on ne sait plus trop où donner de la tête. Malgré ce défaut majeur, Tourist est un artiste doué et vaut la peine d’être découvert.

 

« U »

Tourist

2016
 
Auteur:
Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.