Teol, l’amour de la musique hispanique

AlexPar Alex  •  24 Mar 2016 à 12:00  •  Découvertes  •   5 views

L’interprétation nécessite une bonne capacité vocale pour réinventer un morceau et se l’approprier. Le trio Teol s’y essaie et interprète notamment des chants populaires mexicains et vénézuéliens. Il en résulte un doux mélange latino-jazz où il fait bon se reposer et se détendre.

Carolina Katún est une chanteuse d’origine suisso-mexicaine vivant actuellement à Paris. Elle porte le projet depuis juillet 2015 en compagnie du contrebassiste Nicolas Moreaux et du guitariste Pierre Perchaud. Le trio se développe assurément autour de l’amour des sonorités et des paroles hispaniques.

Mais les trois artistes cherchent également un dialogue délicat et épuré en évitant soigneusement les sons superflus. Ils tentent ainsi de retrouver l’essence émotionnelle des morceaux qu’ils interprètent. Voilà ce que suppose une écoute attentive du premier EP cinq titres disponible sur la page Bandcamp du groupe. Les arrangements sont minimalistes et le trio crée une atmosphère de bien-être sans négliger la cohabitation discrète de deux instruments, d’une voix et de maîtrise technique.

Les sonorités sont dès lors intimistes et foisonnent de détails discrets. A l’instar de ‘Al Silencio’ qui débute notamment avec le bruit de cristaux qui s’entrechoquent. Ce morceau apparaît comme le parfait exemple de ce qui pourrait rendre le projet Teol singulier et digne d’intérêt: une voix à la limite de la cassure soutenus par des instruments légèrement pincés qui savent en tirer une précieuse intensité émotionnelle.

 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.

Quand l'océan chante dans la voix de Lula Pena, le résultat ressemble à l'éclat d'une vague sur le...

Une première écoute au détour d’une soirée d’hiver, et voilà, j’étais contaminé.