Teenage Bottlerocket – « Tales of Wyoming »

PatrickPar Patrick  •  1 Avr 2015 à 17:00  •  Albums  •   1 view

Lors des tournées des groupes américains par chez nous, on a l’impression qu’il y a deux castes : les têtes d’affiche récurrentes et les ouvreurs. Teenage Bottlerocket sont généralement dans cette seconde catégorie, mais aujourd’hui ils prennent les devants.

Depuis le début du siècle, les gars du Wyoming distillent leur punk-rock teinté de références 70’s à 90’s pour le plus grand bonheur de ceux qui n’ont jamais réussi à se défaire de leur perfecto et de leurs souvenirs. Pour leur sixième album, « Tales of Wyoming », les frangins Carlisle et leurs deux potes ont quitté Fat Wreck pour rejoindre la grosse machine alternative de Warner : Rise Records.

Ce que j’ai toujours aimé dans le punk-rock de Teenage Bottlerocket, c’est qu’il n’y a pas de prises de têtes. Les paroles sont simples, parfois drôles, parfois sérieuses, sur scène les gars se font plaisir et se baladent dans les festivals pour prendre un verre plutôt que de rester en coulisses. La belle vie, ils en profitent.

Des influences en veux-tu en voilà

Il y a une dizaine d’années quand mon ancien collègue de chez Skartnak, Ludo, me présentait ce groupe qu’il adorait (et aime toujours apparemment), il tentait de me convaincre que Teenage Bottlerocket avait sa propre identité. Pour moi, à l’époque, ce n’était qu’un assemblage entre du son des Ramones, celui de Pulley, des Bouncing Souls et une pointe des Adolescents. Des riffs et transitions bien réalisés, mais mille fois entendus.

Ce « Tales of Wyoming » m’a fait changer d’opinion. Oui, ‘Too Much la Collina’ sent encore le Ramones, ‘Bullshit’ renferme beaucoup des Adolescents. Mais l’emballage est différent. Dix ans après, je comprends le processus des mecs. Ils ont grandi dans ce son, ils en sont imprégnés jusqu’à la moelle. Aujourd’hui, ils font ce qu’ils aiment, sans se la jouer. Teenage Bottlerocket est devenu synonyme de se faire plaisir.

Figure de proue du « punk revival » ?

Avec la résurrection de Rise Records qui élargit sa palette de talents, le retour des « vieux », le hardcore qui fait recette, 2015 pourrait être l’année du retour du punk-rock. De quoi me réjouir, mais surtout faire de Teenage Bottlerocket un groupe phare de cette nouvelle période, et de leur « Tales of Wyoming » un album marquant pour cette génération naissante.

Une génération qui laisse derrière elle les profiteurs, celle qui s’assoit autour d’une bière pour déconner, celle qui se permet de faire des clips sur Minecraft. Bref, celle qui ne se prend pas la tête vit le moment présent, un moment avec en bande-son du punk-rock du genre, pourquoi pas, ‘They Call me Steve’ de Teenage Bottlerocket.

Rise Records – 2014

Patrick

Un jour je chasserai la marmotte. En attendant j’écris bénévolement des articles sur des groupes obscurs pour me payer l’attirail nécessaire afin de réaliser mon rêve. La vie, c’est pas facile.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.