Swet Shop Boys – « Cashmere »

GlennPar Glenn  •  2 Mar 2017 à 14:00  •  Albums  •   2 views

Le groupe transatlantique Swet Shop Boys a sorti « Cashmere » en octobre de l’année passé. Un brûlot chargé politiquement qui provoque autant la réflexion que la mise en avant du côté ludique de la musique.

La formation de ce groupe prend tout son sens lorsqu’on examine la provenance de ses membres. Heems (Himanshu Suri), ancien membre du groupe Das Racist, Indo-américain du Queens de son état, dont la famille est originaire de l’actuel Pakistan. Riz MC (Riz Ahmed), connu entre autres pour ses rôles dans Star Wars: Rogue One et la série HBO The Night Of, est Londonien d’origine pakistanaise dont les racines se situent de l’autre côté de la frontière, en Inde. Swet Shop Boys, c’est deux MCs qui se partagent l’histoire de la partition de 1947 et dont le titre de leur album « Cashmere » est hautement symbolique. L’équipe est complétée par Redinho (Tom Calvert), grand connaisseur de la musique sud-asiatique et beatmaker réputé.

Après avoir testé leur alchimie sur leur EP « Swet Shop« , l’album « Cashmere » est garni de morceaux qui font secouer la tête et font travailler le cerveau avec une multitude de métaphores qui s’arrêtent lorsqu’on en redemande. Redinho a construit des instrumentaux propulsifs avec des samples tirés de la musique traditionnelle et bollywoodienne du sous-continent. On pense notamment à ‘Aaja‘ et ‘Half Moghul, Half Mowgli‘. Le flow pointu mais relaxé quasi trap de Heems ainsi que les rafales de Riz MC qui caractérisent le grime font que la paire se complémente parfaitement dans un bouillonnement de sitar, un arsenal de tambours et de synthés aux consonances autant orientales qu’occidentales à l’instar de ‘Swish Swish‘ et ‘Tiger Hologram‘.

« They comin’ for the culture man, like they was on a mission
Ask me about Kama Sutra, different sex positions
Used to hate the clothes, they ask where’d I get the stitchin’
Used to call me curry, now they cook it in the kitchen »

Balance Heems sur ‘Din-e-iLahi‘. Le contenu textuel de l’album est clairement politique et social qui raconte les différentes facettes de la diaspora dans sa quête pas toujours évidente vers l’intégration avec des réflexes toutefois communautaristes. L’idée de dépasser le clivage post-colonial Inde/Pakistan reste très présent dans le projet comme l’indique ‘Phone Tap‘ où Heems l’Indien se met à la place d’un Pakistanais et Riz MC l’inverse. L’autre thématique très présente est la condamnation virulente du terrorisme islamiste avec des formules assez intelligentes comme dans ‘Zayn Malik‘ en référence au chanteur de boysband: « Look, Zayn Malik’s got more than 80 virgins on him/There’s more than one direction to get to paradise« . Ainsi, Swet Shop Boys – tout comme M.I.A. – ont l’ambition d’inviter à la compréhension de la culture sud-asiatique dans son ensemble de manière rafraîchissante. Malgré la complexité de la tâche, l’intention reste des plus louables.

 

« Cashmere »

Swet Shop Boys

2016
 
Auteur:
Glenn

N’aimant pas particulièrement la musique, j’ai été catapulté ici par hasard et au-delà de ma volonté. Préférant l’austérité à la frivolité du spectacle de la débauche auditive, je compte les jours qui me permettront à long terme de devenir sourd. Le vacarme m’étant insupportable.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.