Sóley – « Endless Summer »

AlexPar Alex  •  31 Mai 2017 à 11:23  •  Albums  •   8 views

On retrouve avec joie la voix céleste de Sóley dans « Endless Summer ». Ce nouvel album fait suite au très sombre « Ask The Deep » de 2015. L’Islandaise, que nous suivons depuis 2012, semble enfin avoir trouvé son équilibre musical.

Ainsi les notes pétillantes de ‘Sing Wood Silence’ ou ‘Endless Summer’ contrastent avec les mélodies plutôt sombres du précédent opus. Même si l’orgue de ‘Traveler’ nous rappelle les zones obscures de la chanteuse. Quelques traces de haut-bois apparaissent aussi au fil de l’écoute et elles ne me laissent pas indifférent. Cet instrument est rare dans les musiques actuelles. Un orchestre accompagne aussi les mélodies et donne une ampleur précieuse à la voix de Sóley.

C’est particulièrement le cas sur ‘Never Cry Moon’. La musicienne donne l’impression de s’amuser avec le micro. Elle s’en éloigne puis elle se rapproche. Elle crée ainsi un mouvement dynamique. L’auditeur découvre, grâce à ce morceau, le rôle que peut jouer l’espace d’enregistrement dans les compositions finales.

Il y a quelque chose d’évanescent dans le chant de Sóley. Comme si elle n’osait pas encore complètement se dévoiler mais qu’elle jouait tout de même avec ses émotions. Comme si elle disparaissait entre les pincements de violoncelle et le souffle discret de lignes de trompettes pour mieux susurrer sa douceur à l’oreille de ceux qui l’écouteront.

Son univers musical devient dès lors plus éthéré et met les instruments en avant tandis que ses paroles glissent furtivement entre les notes. Et comme elle le chante elle-même:

Hiding makes you not disappear

 

« Endless Summer »

Sóley

Morr Music
5 mai 2017
 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.