Quiet Island – « Quiet Island »

AlexPar Alex  •  29 Mai 2016 à 17:31  •  Albums  •   7 views

C’est enfin le moment d’en parler plus largement. Quiet Island est un groupe dont le talent réside dans leurs compositions à haute valeur harmonique. Ses musiciens possèdent aussi la force d’évoquer des images. Ils se situent entre la créativité des Fleet Foxes et la délicatesse de Iron & Wine.

C’est ainsi que l’harmonie entre les quatre voix de la formation les place où il n’existe justement pas une place ni une catégorie. Ils sont hors normes et cela est déjà un bon début. C’est-à-dire qu’ils touchent par des arrangements doux et parfois mélancoliques, le violoncelle aidant. Mais ils ne tombent jamais dans le pathétique et reste plutôt dans l’évocation de paysages imaginaires. Ils réveillent des images dans nos têtes.

Ils ont représenté une surprise merveilleuse en première partie du concert d’Andrew Bird aux Docks de Lausanne. Ils forment a présent officiellement un groupe dont le son est unique. Leur concert au Nouveau Monde de Fribourg la semaine passée a confirmé tout le bien que j’en pense.

C’est pourquoi il est temps de faire un rapide survol de leur album éponyme. La couverture de « Quiet Island » correspond d’ailleurs parfaitement à l’atmosphère que le groupe crée: un besoin d’espace. Cette nécessité s’applique même à leurs concerts puisque chaque musicien a son intervention personnelle dans un collectif dont l’équilibre semble sain.

Cet univers si particulier

Trois membres du groupe écrivent les textes. Ce qui n’est pas banal et en dit probablement quelque chose au sujet de la discussion qu’ils entretiennent entre eux. Les compositions peuvent être d’abord très douces et puis terminer en des sonorités bien plus proche du rock progressif comme dans ‘Edge Of The World’. Les guitares électriques y côtoient ainsi un univers parfois a capella et acoustique comme on peut l’entendre sur ‘Escape’ et dans la flûte de ‘Brothers’.

Il y a deux perles – à mon humble avis – dans la grande richesse musicale de « Quiet Island » : ‘Andersen’s Fair’ et ‘Freedom Echoes – Exile’. Le premier morceau donne un sourire qui se situe entre rêveries et légèreté. Le second évoque étrangement une musique classique, composée en plusieurs mouvements, qui gagne en intensité et parvient soudain à un point culminant. C’est franchement très cinématographique. On croit voguer quelque part en fermant les yeux.

Enfin vous avez compris qu’il y a beaucoup de talent dans ce groupe. Il est dès lors vivement recommandé de les voir en live pour comprendre toute l’ampleur que peut prendre leur musique. Ou prenez simplement le temps de les écouter.

 

« Quiet Island »

Quiet Island

Indépendant
2015
 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.