The Prosecution – « Words with Destiny »

PatrickPar Patrick  •  8 Avr 2015 à 12:00  •  Albums  •   1 view

Le ska-core est un peu le parent pauvre de la mouvance punk-rock. Souvent délégués aux débuts de soirée et pourtant annonciateurs de nuits de folie, les groupes de ska répondent, néanmoins, toujours présents.

Enfin, essentiellement en Allemagne, où il persiste un public amateur pour ce genre très teinté début du siècle. The Prosecution est de ces trublions à trompettes et saxophones qui font danser les jeunes d’outre-Rhin. Le groupe a sorti son troisième effort en février et ça vaut la peine de se pencher dessus.

Hormis Less Than Jake, Reel Big Fish et Streetlight Manifesto, j’avoue que mes connaissances en groupes de ska-punk à la mode sont un peu dépassées. Pourtant, en tombant sur « Words with Destiny », je me suis mis à gigoter dans un peu tous les sens. Évidemment, The Prosecution n’invente plus grand-chose dans un style qui n’a pas vraiment propension à évoluer. Pourtant, ils ont réussi à mêler le ska au punk-rock typiquement germanique et aux influences préférées de leurs concitoyens. Entendez par là des groupes comme Anti-Flag et Rancid.

On y pose une oreille et on reste scotchés

La mention d’Anti-Flag pourrait être évidente, vu que Chris#2, le bassiste du groupe de Pittsburgh, vient faire les choeurs sur le premier morceau ‘A New Sensation’. Mais c’est surtout sur ‘Liars’ et son refrain entêtant que le rapprochement est le plus aisé. Une voix un peu criarde qui vient allonger les clichés altermondialistes, un refrain qui reste planté dans la caboche dès la première écoute, les backing vox en version « oohooohoooh ». Bref, le type de chanson qu’on reprend en sing along le poing levé.

Pour les morceaux à chanter tous ensemble, The Prosecution sont très forts. En vrac, ‘When Sorrows Starts to Follow’, ‘Daily Death’ ou encore ‘The Last Shot’. Le ska-punk reste un genre créé pour la scène, et ce « Words with Destiny » en est l’ambassadeur parfait.

Bien ancré dans les racines

La première écoute m’avait donné l’impression d’un album tirant un poil sur la longueur. Directement, j’ai eu envie de revenir sur ces premiers morceaux entraînants de la galette. La deuxième partie donnait l’impression que les cuivres ne devenaient qu’un prétexte à transitions réussies. J’ai eu tort.

« Words with Destiny » est clairement coupé en deux avec un morceau plus reggae (‘The Big Bad White’) pour montrer la rupture. Plus punk-rock, cette seconde partie n’en est pas moins réussie. Évidemment, The Prosecution sont Allemands, du coup les envolées lyriques à la Donots sont un peu trop présentes. C’est pour pinailler, je l’accorde, car les gaillards maîtrisent leur art à la perfection.

Au final, ce « Words with Destiny » est une bonne pioche de ce début d’année 2015 et ravira certainement les déçus du dernier Less Than Jake. Il n’y a rien de révolutionnaire dans leur son, mais The Prosecution pourrait sortir des frontières allemandes avec cette chouette galette.

Long Beach Records – 2015

Patrick

Un jour je chasserai la marmotte. En attendant j’écris bénévolement des articles sur des groupes obscurs pour me payer l’attirail nécessaire afin de réaliser mon rêve. La vie, c’est pas facile.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.