Papooz: « On était dans un esprit de vacances »

JorrisPar Jorris  •  11 Juin 2016 à 17:09  •  Interviews  •   2 views

En ce vendredi 10 juin, le soleil tapait fort, les shorts et les jupes étaient de sortie et on avait rendez-vous avec Papooz, deux gaillards qui s’amusent et amusent

Ulysse et Armand sont jeunes, ils sont drôles et ils transmettent une certaine bonhommie dans leurs réponses et leur musique. De quoi nous offrir un moment décalé et chaleureux.

Vous aviez déjà entendu parler de Neuchâtel ?

Neuchâtel, ça m’évoque le chocolat. On avait l’impression que le train était en chocolat. Mais on ne connaissait vraiment pas. Le trajet en train était vraiment beau et l’accueil ici est super agréable, ça fait plaisir de se sentir aimé. Tout est super propre, la nature est ordonnée (rire)

Avoir un festival au bord de l’eau comme ça, qui donne directement sur le lac, ça ne doit pas être quelque chose qu’on rencontre régulièrement non ?

Ouais, c’est clair. On avait joué à Calvi l’année dernière et c’était au bord de l’eau. On a quelques expériences comme ça donc on connaît ce rapport à l’eau mais là c’est vrai que c’est assez fou et puis c’est super grand. On est vraiment très bien là, on va faire un bon concert. On s’attendait à une salle en fait, pas à un festival comme ça.

Le lac a ici une vraie proposition. En plus, il y a cette scène sur l’eau maintenant, ça serait sympa de jouer dessus. 

C’est clair, j’avais trop envie d’aller jouer dessus. On peut pas ?

Si on revient à vous un peu, Papooz c’est un projet assez jeune.

J’ai regardé les photo et tout et en fait on dit souvent que ça fait 3 ans mais on est plus proche de 4-5 ans en fait. L’album est tout nouveau, il vient de sortir.

Avant, vous étiez un petit groupe qui n’avait pas forcément prévu de faire un album ?

Tous les deux, à Paris, on était sans groupe mais on voulait pas forcément être connu, on voulait juste jouer ensemble. On a accumulé quelques salles et puis après le groupe est venu, des managers et on a commencé à se professionnaliser.

Vous écrivez les musiques ensemble ?

Ouais ou séparément. Mais on se concerte tout le temps quand on écrit seul, on regarde avec le groupe.

Et Papooz, ça veut dire quelque chose de spécial ? Il y a une histoire derrière ?

Non il n’y a pas trop d’histoire. Généralement on dit qu’il y a un Z comme Zorro. Mais je crois que ça veut dire le Berceau que les mères indiennes ont pour porter leurs enfants.

Et du côté des influences un peu surf, ça vient d’où?

Ouais, des Beach Boys, de la Californie, des Beatles, tous ces génies de la guitare. C’est ça qui nous parlé. Enfin, tu vois, on fait pas de surfe mais on adore la mer par contre, les vagues. etc. Je fais du bodyboard, je suis allé au Brésil en faire et tout. On aime bien aller à la plage. Mais tu vois, les Beach Boys c’est un peu ce groupe où il y a des surfs partout sur tous leurs albums alors que les types en ont jamais fait. Nous, on vient quand même un peu de la mer.

L’album a été fait au Cap Ferret, donc on était dans un esprit de vacances, et tu as l’océan et le bassin. J’espère que ça se sent dans notre album, on voulait pas de trucs « hiver » tu vois ?

Quand on écoute votre album « Green Juice », ça nous fait penser à Kings of Convenience en plus pop.

Complètement ouais. Mais tu vois, KoC ça a tendance à nous ennuyer en fait. Les morceaux ont pas forcément tous très bien vieillis. Mais là où je te rejoins c’est sur The Whitest Boy Alive de Erlend Øye (co-fondateur de KoC). Je trouve ça plus parlant, moins moralisateur, l’écriture est plus intelligente. Et c’est clair que c’est un album qui nous a influencé.

Vous repartez directement après votre concert ici?

Ouais, on joue à Bordeaux demain. En plus là je suis un peu malade du coup je vais pas forcément trop profiter de la soirée mais on boira une bière après, histoire de profiter du cadre aussi.

 

« Green Juice »

Papooz

2016
 
Auteur:
Jorris

Personne ne sait véritablement ce que je fais dans cette rédaction à part râler sur Yannick. Sinon, j’attends le comeback d’Elvis Presley.

Dans le même genre...

Phanee de Pool a sorti son premier album. Nous nous sommes assis autour d'une table pour en savoir...

Les thrasheux singinois s'ouvrent à nous à l'occasion de la sortie de leur dernier album.

Rencontre avec le groupe neuchâtelois Yanač