Octopus Trip

MalvinPar Malvin  •  30 Août 2015 à 13:40  •  Découvertes  •   0 views

Une pieuvre, quelque part, oscillait ces lamelles de couleurs au rythme du courant. Du rouge carmin au turquoise, du jaune ocre au bleu turquin, de l’indigo au carmin.

Ses tentacules ondulaient le long de son corps. Leste, souple, la danse de la pieuvre débutait. Une deuxième, bientôt une troisième l’avaient rejointe. D’amples mouvements formaient le groupuscule, les couvraient entièrement. Dans un amas d’encre et de fusion, les pieuvres s’étaient faites de plus en plus nombreuses. Le banquet avait commencé.

Peut-être était-ce cette lueur, au fond de l’océan, qui les avait faites subitement se précipiter vers le bas. Une synchronisation hors pair peignait les céphalopodes d’une intelligence et d’une grâce peu commune. Ensemble, elles fusaient, viraient, s’entrelaçaient et reprenaient leur route, loin, dans les abysses. La course durait.

Et là, un son s’était fait de plus en plus présent, se répercutant sur les parois de la falaise sous-marine. Rythmes frénétiques et arrangements opaques. Était arrivé le stade où les lois du monde se déformaient, plus rien n’avait la même allure. Tout plongeait dans un mystère obscur et inaccessible. Et c’était là que le cortège se rendait. Pour une ultime danse, un coït musical qui les plongera une dernière fois dans l’oubli.

Voici une playlist qui vous fera également plonger loin dans des soubassements musicaux. Pas de genres précis, il est question là d’une musique bullique où l’indéfinissable règne en maître.

Malvin

Par une douce nuit de Printemps, je m’engouffrais dans une pénombre magnétique. De là retentissaient de faibles vibrations, profondes, vraies. Dès lors, je n’ai cessé de traquer l’essence de cette musique. La bête me menait de voyages en découvertes, au milieu d’une vibrante atmosphère aux aspects dub, électro, rock psychédélique…

Dans le même genre...

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.

Quand l'océan chante dans la voix de Lula Pena, le résultat ressemble à l'éclat d'une vague sur le...

Une première écoute au détour d’une soirée d’hiver, et voilà, j’étais contaminé.