Nirvana – ‘Where Did You Sleep Last Night’

StevePar Steve  •  20 Jan 2015 à 11:56  •  Reprises en volée  •   5 views

Quand je me suis attaqué à ‘Where Did You Sleep Last Night‘, j’étais loin de me douter qu’il y avait matière à faire une véritable dissertation. Voire même une thèse universitaire! Mais je vous épargnerai les deux, promis. Commençons plutôt par nous remémorer la fameuse reprise de Nirvana…

Nous sommes à New York, le 18 novembre 1993. MTV produit un concert acoustique du groupe de Seattle. Avant d’entamer la dernière chanson, Kurt Cobain prévient, à sa manière, qu’il n’y aura pas de rappel : « F*ck you all, this is the last song of the evening ! ». Il annonce qu’elle a été écrite par son interprète préféré: Leadbelly. Le bassiste plaisante sur le fait qu’un chapeau sera passé dans le public pour permettre à Kurt d’acheter une guitare qui a appartenu au bluesman. L’atmosphère est détendue, Nirvana fait son show, le public rit.

L’ambiance change soudainement lorsque le groupe entame ‘Where Did You Sleep Last Night‘. Soutenus par un violoncelle grave et mystique, les accords de guitare tournent en boucle de manière hypnotique, envoûtante. Et il y a cette voix. D’abord vulnérable, presque détachée avant de se métamorphoser en un rugissement animal.

Puis vient le dernier couplet. Ce soupir, si spontané, si vrai. Ce regard sombre, désemparé, perdu. Et enfin, ce dernier cri du cœur. La chanson s’est emparée de Kurt Cobain. La mort le fera quelques mois plus tard…

Un titre morbide qui a traversé l’Histoire…

Si la performance du MTV Unplugged est une histoire à elle seule, l’origine de la chanson ne l’est pas moins. Très souvent attribuée au bluesman Leadbelly, la naissance de ‘Where Did You Sleep Last Night‘ est en fait bien plus obscure, remontant même aux années 1870. Quand je vous parlais de thèse universitaire, ça n’avait rien d’une blague! En 1970, l’ethnologue Judith McCulloh recensait pas moins de 160 versions différentes de la chanson, que l’on retrouve aussi sous les titres de ‘In The Pines‘ ou ‘Black Girl‘. Au gré des versions, les paroles évoquent l’adultère: la solitude, la mort, le viol et autres joyeusetés.

Si ça vous intéresse, vous pouvrez lire les 650 pages de la thèse de l’éthnologue, intitulée « The Melodic-Textual Identity of an American Lyric Folksong Cluster ». Mais pour l’heure, je vous propose plutôt de nous quitter avec une version du grand maître Leadbelly, datée de 1940. C’est celle-ci qui inspirera Kurt Cobain, lorsque son pote Mark Lanegan lui la fera écouter en 1989 (avec qui il enregistra d’ailleurs une version studio qui vaut le détour).

Mesdames et messieurs : Leadbelly !

Steve

Depuis que j’suis gosse, je suis fan de rock. Toutes les époques, tous les sous-genres mais surtout lorsqu’il « vient de là, il vient du blues ! ». Nom de dieu, je viens de citer du Johnny ?! Shame on me.

Dans le même genre...

Dom La Nena a sorti un nouveau EP en 2016. Elle y reprend 'Scenic World' de Beirut.

Le rappeur anglais, Devlin reprend le fameux 'All Along The Watchtower' de Bob Dylan, mais...

Tame Impala en acoustique et sans effets psychédéliques, c'est en fait tout aussi beau.