Mumford & Sons – « Wilder Mind »

OlivierPar Olivier  •  21 Mai 2015 à 18:36  •  Albums  •   0 views

C’était la surprise de ce début d’année. Les Mumford & Sons, après deux albums folk-pop, décident de se séparer de leurs classiques instruments pour empoigner de rugissantes guitares. De quoi faire trembler les fans et intriguer le reste du monde musical.

Il faut bien dire qu’aux sorties des trois premiers singles, l’avis général ne donnait pas forcément raison au quatuor. Trop différent ? Peut-être. Le fait de publier des titres en pâture avant un opus n’est pas non plus ce qu’il y a de plus fiable pour forger une opinion claire. Un album, c’est avant tout une histoire de cohésion et d’ensemble réussis.

C’est donc seulement une fois la galette lancée que l’on découvre vraiment ce à quoi ressemble le Mumford & Sons nouveau. La première écoute est déstabilisante, presque inévitablement. Troquer les banjos pour les guitares distordues, ça vous change un son. En revanche, ça ne change pas un groupe. Les compositions de « Wilder Mind » ressemblent à leurs prédecesseures dans la construction (‘Broad-Shouldered Beasts’, meilleur exemple), on retrouve ces montées en puissance et la passion qu’ont les Londoniens pour faire de chaque morceau un moment épique.

Si le lancement est assuré par la triplette de singles ‘Tompkins Square Park‘, ‘Believe‘ et ‘The Wolf‘ (ci-dessous), c’est plutôt la suite qui est intéressante. Le tempo élevé et le son dense cèdent un peu de terrain à des titres plus calmes, plus harmonieux (‘Wilder Mind‘, ‘Monster‘, ‘Cold Arms‘). L’équilibre est bon et les mélodies efficaces ne manquent pas (‘Snake Eyes‘, ‘Ditmas‘), on pense dans plusieurs aspects à la pop-rock de la dernière décennie, mais avec une multitude d’influences autres. Il est impossible de cerner complètement ce mélange, puis on se dit qu’en fait, ça ne pourrait pas correspondre plus à du Mumford & Sons qui passe au rock.

On sent vraiment l’envie du groupe derrière ce virement de bord, la cohésion dont je vous parle un peu plus haut est clairement présente. Du premier au dernier titre, tout colle et concorde. Ca sonne juste, ça sonne vrai et si certains auditeurs n’adhéreront probablement pas au projet, impossible de nier la qualité globale de ce dernier.

« Wilder Mind », c’est un album qui étonne. On ne sait pas trop quoi en penser, mais il s’écoute avec plaisir. On sait que c’est du Mumford & Sons, mais notre esprit nous dit que ça n’y ressemble pas. On trouve ça un peu mou par moment, mais on ne saute pas le morceau pour autant.

Et au final, ce que l’on retient c’est que « Wilder Mind » est surtout l’album d’un groupe qui n’a pas eu peur d’évoluer et qui réussit cette étape haut la main.

Island Record – 2015

Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.