Montreux Jazz 2017: la soirée de Brian

JorrisPar Jorris  •  10 Juil 2017 à 14:56  •  Live  •   6 views

La soirée de Bryan (Ferry) et Brian (Wilson) au Montreux Jazz cristallisait les esprits avant ce dimanche soir. Une soirée placée sous le signe des années folles de la musique rock’n’roll, deux décennies survoltées entre 1960 et 1980 emmenée par deux personnalités d’un autre temps.

Photographe: © 2017 FFMJ – Lionel Flusin

Bryan Ferry avait les honneurs de plonger le public dans son antre. Alternant entre ses titres de son groupe, Roxy Music, et ceux plus récents, il a su trouver une alchimie pertinente pour emmener les spectateurs et leur faire visiter ce rock 70’s. Accompagné de plusieurs musiciens talentueux, Bryan Ferry a enchaîné les musiques, passant de More Than This à Avalon pour le plus grand plaisir des festivaliers venus en nombre. Un concert extrêmement solide mais pas forcément sans défaut. Il est stupide de dire d’un concert qu’il était trop « propre », mais dans ce cas précis, la prestation de Bryan Ferry entre bien dans cette dénomination. Sans véritablement réussir à emballer le concert, lui et ses musiciens ont rendu une copie sans fausse note mais aussi manquant de relief et d’âme. Oh, là je sais, vous pouvez dire que je pinaille, mais on n’a jamais senti un souffle venu d’ailleurs survoler la scène du Stravinski. Ceci étant dit, Bryan Ferry démontre tout de même qu’il n’était pas là pour faire de la figuration en proposant un show solide.

Faire de la figuration, voilà l’expression qu’on craignait en attendant de voir monter Brian Wilson sur scène. 75 ans, une démarche hésitante, une expression livide, un regard dans le vide et une difficulté apparente à articuler ont confirmé nos craintes. Face à cet être, assis derrière son petit piano blanc, entouré d’une dizaine de musiciens et de chanteurs, on a ressenti un certain malaise. Brian Wilson va pourtant bien mieux, lui qui a traversé les souffrances tout au long de sa vie : devenu sourd d’une oreille suite à la maltraitance de son père, perdu dans la drogue, sombrant dans la folie et la maladie, l’histoire de Brian Wilson aurait pu s’arrêter bien plus tôt, bien trop tôt. Considéré comme un des plus grands génies de la musique du 20ème siècle, il a su adapter sa quête de l’album parfait, de l’harmonie, en écrivant les plus belles musiques des Beach Boys. Fondateur, compositeur et chanteur de ce groupe mythique, inclassable dans l’histoire de la musique, Brian Wilson a légué au monde des compositions inégalées. Revisitant son répertoire au Montreux, il a notamment joué « Pet Sounds », le 11ème album des Beach Boys, sorti en 1966. Cet album extraordinaire, considéré à juste titre comme un incontournable de la musique rock pop qui viendra par la suite, a marqué l’histoire. L’entendre au Stravinski avait ainsi une saveur unique, presque légendaire. Ce d’autant que si Brian Wilson semble ailleurs, il chante comme il peut, rendant touchant sa prestation. Accompagné de Al Jardine, un autre membre du groupe, et de son fils, Matt Jardine, au chant, on a pu, par moment, se faire emmener par la main dans cet univers si particulier des Beach Boys.

La magie a donc bien opéré au Stravinski, même si elle a mis un peu de temps à venir. Les premières notes de God Only Knows nous rappellent très vite pourquoi Brian Wilson est un génie de la composition, lui qui ne possède plus qu’une oreille absolue. Nos craintes légitimes en début de concert ont donc rapidement été remplacées par une forme de légèreté qui s’est emparée du public présent. Un public pourtant peu nombreux et qui s’est égrené au fil du concert, à notre grand désarroi. Comme quoi, la foule peut parfois être insensible face au génie. Mais comment lui en vouloir, à cette foule, lorsqu’on regarde cet être assis derrière son piano, peinant à chanter et à s’enthousiasmer ? Les Beach Boys ne sont plus qu’un lointain souvenir, pourtant entraperçu dans le rayonnement de Brian Wilson, hier soir, au Montreux Jazz.

 
Auteur:
Jorris

Personne ne sait véritablement ce que je fais dans cette rédaction à part râler sur Yannick. Sinon, j’attends le comeback d’Elvis Presley.

Dans le même genre...

Court retour sur le concert de Caballero & JeanJass à la Case à Chocs vendredi dernier et brève...

Les fans de hip hop satisferont leurs besoins de bon son avec Alaclair Ensemble et Murmures...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...