Les Eurocks en trotte

MalvinPar Malvin  •  1 Juil 2015 à 16:30  •  Live  •   0 views

Elle aguiche, la grande sœur du Paléo. Deux heures et demi de route et vous y êtes : La Presqu’île du Malsaucy. Le cœur des sublimes Eurocks.

Prévision du week-end : grosse canicule décapante, accompagnée d’une tempête musicale hautement enivrante. Des pluies de bière, vous dites ? Que nenni. À moins de vouloir gâcher tant de bon houblon. Je parle de programmation, d’expérience camping, de vieille douche cramée suivie d’une bonne vieille tome tartinée. Rebelote, cette année, Belfort nous ouvre les portes de sa nature engagée.

Wake up, pull up, voici la line up

Prenons la programmation musicale. Cela frise la haute voltige, même si celle-ci se retrouve dans la plupart des festivals environnants : Paléo, Dour, Montreux Jazz, Les Vieilles Charrues, Le Chien à Plumes, Le Cabaret Vert, etc. À nous donc de sélectionner les exclusivités, tel que Todd Terje & The Olsens, cet ovni scandinave bariolant l’électro à sa façon très disco, ou encore Royal Blood moulant le rock à travers gros riffs épiques et métallurgie électrique. Seasick Steve revient également sur sa vague texane, accompagné de sa panoplie d’instruments self-made délirants, sans oublier les deux sœurs jumelles franco-cubaines d’Ibeyi et leur voix de satin maintenant si identifiable.

Mais sinon, ça reprend la même rengaine. Rien de grave, car ce pain béni est comme à chaque fois bien calibré, et c’est ce qui fait la force de ce festival. Plusieurs cartes à jouer, dont celle de l’électro, avec Fakear, Boris Brejcha, Rone, The Chemical Brothers, Major Lazer ou encore Flume. La carte du rock, bien sûr, allant de Black Label Society à Eagle of Death Metal, ou des coreux de Parkway Drive aux stoneriens d’Electric Wizard, sans oublier une scène punk bien présente. Et le Hip-hop, alors ? Rien d’old school, au grand désespoir des puristes, mais que des nouvelles têtes d’outre-mer qui risque de déglinguer nos mirettes. Set & Match et Georgio seront tout de même là pour représenter l’hexagone.

scenes2

Un peu de fraîcheur

Passant en revue, pour notre plus grand plaisir, les grosses têtes d’affiche, tel que Ben Harper & the Innocent Criminals, Skip the Use, Christine & the Queens, Angus & Julia Stone, Damian Marley, Die Antwoord, The Do et Sting, on risque de passer à côté de certaines belles découvertes. À mon tour de vous les dévoiler.

On débute avec la touche soul de St.Paul & The Broken Bones, qui risque d’ouvrir avec brio le festival. Peut-être que l’électro bien épurée de Cotton Claw suivra le rythme d’enjaillement profond de ma curiosité éveillée. La transhumance musicale continue avec (grosse mention) Batida, qui marque la rencontre entre le Portugal et la musique kuduro d’Angola au travers de l’électro. King Ayisoba sera le représentant le Ghana, et Songhoy Blues, celui du Mali. De l’Afrique noire aux peuples berbères, les styles sont tous autant revisités. Et nous, inlassablement, on ne pourra que danser. Changement d’hémisphère, histoire de se retrouver face à un triolet nippon surprenant : The Bawdies, Bo Ningen et Sehio. Une bonne occasion de voir comment le rock et l’électro sont appréhendés en ce Japon si convoité.

Beaucoup de noms, dont la vidéo qui suit résume le tout en une demie heure d’extraits très concis. Je ne peux dès lors vous souhaiter qu’un bon festival, de fructueuses découvertes, et, disons-le, des mines d’anthologie (mais discrètement).

Malvin

Par une douce nuit de Printemps, je m’engouffrais dans une pénombre magnétique. De là retentissaient de faibles vibrations, profondes, vraies. Dès lors, je n’ai cessé de traquer l’essence de cette musique. La bête me menait de voyages en découvertes, au milieu d’une vibrante atmosphère aux aspects dub, électro, rock psychédélique…

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.