Kurtains – « Légère Humidité »

MalvinPar Malvin  •  11 Jan 2016 à 16:30  •  Albums  •   3 views

Il est du grunge un genre musical qui ne vieillit pas. En partant des Big Four de Seattle, cette disto si spécifique a continué, tant bien que mal, à creuser son sillon dans le monde du rock. Garde-t-il son âme alternative ? Il en a fait son arme de guerre. Et bordel, ça fonctionne.

Je pourrais très bien commencer par : « Kurtains, c’est avant tout une histoire d’amitié ». Faute d’arc-en-ciel, je vais éviter ce détour dans la tendresse poisseuse et en venir au fait. Car si, en effet, ce groupe lausannois compte encore majoritairement plus d’adeptes de bière bon marché que d’un véritable public répandu, il n’en est pas moins une base rare et solide prenant gentiment forme. À son rythme, donc. De rasades.

Kurtains nous balance là du bon grunge artisanal, soigné et franchement bien coriace. « Légère Humidité », c’est le premier long. L’EP qui le précède, du nom de « No More Brain », manquait encore d’un petit quelque chose. Dès aujourd’hui, ils posent un pied dans la cour des grands, et c’est avec un super album que le fond passe au-dessus de la forme.

Même si, soyons franc, le packaging claque. Ce pachyderme laineux écrase gros, éclabousse et détruit ce qui devrait normalement nous faire sentir bon. À l’image de leur musique, ils arrivent à un équilibre que je souligne doublement. La masterisation est propre, les rythmiques variées et les riffs efficaces. La voix, tenant également une place des plus cruciales dans le grunge, se casse soigneusement en un éclat rocailleux bien maitrisé.

Est-ce là tout ? Minute papillon, on oublie l’essentiel: l’artisanat brut. Le charme de l’album réside en effet dans ceci. Une production quasi pro dans un monde affriolant par sa crasse. Il ne vous reste plus qu’à dégoupiller une vieille canette et cliquer sur Play, vous verrez alors de quoi je parle.

 N’hésitez pas à faire un tour sur la page Facebook du groupe !

 
Kurtains - "Légère Humidité"

« Légère Humidité »

Kurtains

2016
 
Auteur:
Malvin

Par une douce nuit de Printemps, je m’engouffrais dans une pénombre magnétique. De là retentissaient de faibles vibrations, profondes, vraies. Dès lors, je n’ai cessé de traquer l’essence de cette musique. La bête me menait de voyages en découvertes, au milieu d’une vibrante atmosphère aux aspects dub, électro, rock psychédélique…

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.