King Gizzard & The Lizard Wizard – « I’m In Your Mind Fuzz »

OlivierPar Olivier  •  5 Jan 2015 à 20:42  •  Albums  •   2 views

Il y a quelques temps, à la fin 2013, je vous parlais d’un groupuscule psychédélique australien au nom barré : King Gizzard & The Lizard Wizard. A l’époque, je vous vantais les charmes de « Float Along – Fill Your Lungs », troisième opus de leur discographie. Je reviens aujourd’hui à la charge avec de nouveaux arguments… et non des moindres puisque « I’m In Your Mind Fuzz » est un des chefs-d’œuvre de l’an 2014.

Alors, que s’est-il passé entre « Float Along – Fill Your Lungs », bon sans être exceptionnel et ce « I’m In Your Mind Fuzz » dont j’ose parler de pareille manière ? Et bien, un autre opus intitulé « Oddments » a vu le jour entre deux et nous fit découvrir une nouvelle facette de KG&TLW. Plus psychédélique, plus posée, moins pop. Moins de ballades ensoleillées, plus d’aventures embrumées. Il s’agissait en fait d’un album de transition lorsque l’on écoute son successeur.

Ce « I’m In Your Mind Fuzz » est un condensé remarquable de krautrock, où une multitude d’effets batifolent avec un harmonica fou, une section rythmique inoxydable et quelques sonorités orientales. Nous sommes de retour en Allemagne du côté de chez Can, Neu! et leurs copains, en pleines seventies.

C’est du moins ce que l’on se dit après un peu plus de douze minutes dans les oreilles et les quatre premiers morceaux envoyés. Ici, pas de longue jam unique, mais quatre pistes différentes n’en formant qu’une grâce à des transitions adaptées. La différence peut sembler maigre, mais ne l’est pas. ‘Head On/Pill‘ (« Float Along – Fill Your Lung ») et ses quinze minutes était sympathique certes, mais finissait par tourner en boucle aux environs de sa moitié. L’association ‘I’m In Your Mind‘/’I’m Not In Your Mind‘/’Cellophane‘/’I’m In Your Mind Fuzz‘ offre, elle, une réelle évolution de sonorités, bien que toutes articulées autour du même axe. Un grand moment.

La première réelle coupure intervient donc uniquement à partir de ‘Empty‘, cinquième morceau chaloupé et en trois temps, marqué par une forte présence de voiles synthétiques. Si les seventies prédominent globalement, les sixties sont aussi présentes. Notamment avec ‘Hot Water‘ où une flûte accompagne un beat simpliste au possible, ‘Slow Jam I‘ tout en douceur et sa petite sœur ‘Her & I (Slow Jam II)‘, plus cosmique, en fermeture d’album. Les fous du rock’n’roll ont également droit à leur petit plaisir avec un ‘Am I In Heaven‘ absolument dingue, tendu à l’extrême et plus rapide que du Oh Sees.

Si, comme ça, l’ensemble peut sonner un peu foutraque, il n’en est en réalité rien et tout l’album s’écoute d’un bout à l’autre sans interruption. « I’m In Your Mind Fuzz » est un disque impressionnant, très travaillé et aux compositions faisant évoluer le krautrock d’époque à l’air numérique d’aujourd’hui. Un bel exercice de style, en somme.

A ranger directement aux côtés de Tame Impala et Pond.

Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.