Kilbi 2015: Selda Bagcan, le temps qui passe n’importe pas

OlivierPar Olivier  •  30 Mai 2015 à 16:05  •  Live  •   3 views

La foule était imposante, mais peu de personnes s’attendaient à pareille claque. Selda Bagcan, légende de la musique populaire turque est venue à Düdingen avec sa voix, sa joie communicative et ses classiques.

Photo: LeMurDuSon

Selda feat. Boom Pam, ces deux noms inscrits sur l’affiche de la Kilbi ne sautaient pas aux yeux pour celui ou celle ne s’étant jamais penché sur le cas de la musique turque. Musique ô combien passionnante, de par son lien fort à l’histoire tumultueuse de son pays, posé à la frontière entre occident et orient. Un rythme de l’Ouest, des mélodies de l’Est extrême.

Selda Bagcan fait partie des grands de la très riche scène folk, au même titre que Özdemir Erdogan, Erkan Ogur et autres MFÖ. Ses textes engagés et défendant la classe ouvrière lui ont offert une popularité importante, ainsi qu’un emprisonnement lors du Coup d’Etat de 1980. La vie de cette grande dame de la chanson est donc faite de hauts et de bas. Hier soir, sur la scène principale de la Kilbi, c’était assurément un moment au sommet.

Après une ouverture surf rock assurée par Boom Pam, backing band israélien de luxe, elle a offert une prestation magistrale où les tubes se sont enchaînés : ’Yaz Gazeteci Yaz’, ’Ince Ince Bir Kar Yagar’, ’Yaylalar’, tout y est passé. Si la voix est plus basse qu’il y a quelques décennies et que ses cheveux sont dorénavant teints, sa puissance et sa justesse frappent, la musique s’occupe du reste à coups de tuba et de baglama chauffant le public au fil des titres, jusqu’à ce que la fosse se transforme en piste de danse.

Malgré le poids des années, Selda Bagcan donne tout et reste près d’une heure sur les planches. Preuve de la claque reçue, la foule ne la laissera repartir qu’après trois rappels insistants, forçant la formation à rejouer les mêmes morceaux, n’ayant visiblement pas prévu un coup pareil.

Elle quitte finalement les lieux le sourire aux lèvres, un peu sonnée par l’accueil reçu à près de trois mille kilomètres de chez elle. L’assemblée fera pareil et se souviendra que l’un des hauts faits de cette vingt-cinquième édition aura été offert par une fringante jeune Dame de soixante-sept ans.

Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.