Kilbi 2015: J’ai aimé Salut C’est Cool

ThomPar Thom  •  1 Juin 2015 à 20:09  •  Live  •   2 views

Avant de les voir en concert, je n’aimais pas Salut C’est Cool. Je ne comprenais pas la démarche, je ne supportais pas le buzz les entourant et j’en avais marre que ma copine et mes potes m’en parlent. Ça, c’était avant de les voir.

Vendredi soir. Bad Bonn Kilbi. Les mélomanes un peu branchouilles de Fribourg et d’ailleurs sirotent un mojito, peinards. On se raconte les concerts de Klaus Johann Grobe ou de Mac DeMarco. On parle de la reformation de Ride et du dernier disque de Jacco Gardner. Bref, on passe du bon temps. Quatre types ont l’air de tourner en rond. Une petite clameur monte : c’est Salut C’est Cool.

Le groupe a été programmé au festival dans une sorte de secret. Pas vraiment d’annonce officielle. Juste une place sur le programme. Bonne surprise pour certains, indifférence pour d’autres. Je fais partie des autres.

Le concert s’apprête à débuter et je me dirige mollement vers la buvette du Bad Bonn, lieu du concert. J’ai pas envie. Pas envie d’aller voir ces apôtres du n’importe quoi. Mais bon, je ne veux pas mourir idiot. L’entrée dans le club manque de me faire suffoquer. Ça sent la sueur et la pastèque.

Je me retrouve assez vite au premier rang, à me prendre des paillettes dans la figure et dans les cheveux. Soit. Mais pour le moment, rien de bien concluant. Musique faite au rouleau compresseur et paroles écrites au générateur trouvé sur le web. Pas de sens.

Mais en fait, le but de ces quatre garçons ne serait-il pas de faire de l’anti-art? Une sorte de bras d’honneur à tous les petits bourgeois qui se baladent dans les vernissages parisiens pour boire des coupes et se gargariser de leur suffisance. C’est ça ! On s’en fout de l’art.

Le beat est brut, comme un retour à la simplicité des morceaux qu’on passait dans les boums de l’école primaire. Les paroles sont des odes aux choses simples : la nature, la purée ou les enceintes qui permettent ce concert. Voire même une auto-critique de leur musique avec le morceau ‘Techno toujours pareil’. En fait, ces gars sont cool. Et ils ont certainement une petite longueur d’avance.

En plus, ils font preuve d’une certaine folie. James saute partout malgré l’attelle au genou. Vadim disparaît après 2 chansons sans qu’on sache trop pourquoi. On le retrouvera en train de boire une bière devant le Bad Bonn à la fin de son concert. Louis distribue de la pastèque et des fleurs aux gens. Martin vient systématiquement dans la foule et fait chanter le public. Je me fais vite emporter dans leur jeu. Et c’est plutôt marrant.

Tout le monde est de mon avis dans la salle. On monte sur la scène, on chante, et ça se finit dans une sorte de bordel formidable sur de la musique de défonce-man. On se fait des câlins, tout le monde est sur un pied d’égalité. Pas de star-system. Pas de prise de tête. Voilà, j’ai aimé Salut C’est Cool.

Thom

En 210 caractères, on peut dire de moi que j’aime: mettre du Maggi sur mon pain et les bande-annonces au cinéma. Je n’aime pas me raser et la peau sur le lait. Par contre, pas la place pour parler de musique.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.