Kevin Morby – « Singing Saw »

OlivierPar Olivier  •  13 Mar 2016 à 15:43  •  Albums  •   4 views

S’il y a bien un artiste dont on peut regretter la petite notoriété sur notre Vieux Continent, c’est bien Kevin Morby. Considéré comme l’un des plus confirmés songwriters outre-Atlantique malgré ses vingt-sept ans, le bonhomme s’apprête à ajouter une nouvelle production à sa discographie déjà bien garnie.

Il suffit de jeter un œil au curriculum vitae du personnage pour comprendre qu’il n’est pas un de ces jeunes feux de paille, cherchant la gloire grâce à un album marquant. Non, Kevin Morby est de la lignée des Kurt Vile, Beck et autre Villagers (dans une veine plus européenne). Un chanteur qui s’inscrit dans le temps, disque après disque.

Anciennement bassiste de la troupe noise-folk Woods et cofondateur du très cool quatuor indie-rock/garage The Babies, depuis 2013, c’est néanmoins en solo qu’il trace sa route. « Harlem River » l’année précitée, « Still Life » en 2014 et, d’ici un petit mois, « Singing Saw ». La voie solitaire semble donc lui réussir.

Toujours à cheval entre folk moderne et sursauts rock à l’américaine, le natif de Kansas City se laisse aller à ses envies. Ces albums suivent le cours de ses projets. « Harlem River » rappelle Woods, « Still Life » pioche quelques riffs légers à The Babies. Et ce « Singing Saw », alors ?

Have you heard my guitar singing?

Et bien, un peu partout. Ce qui paraît logique, l’homme n’étant plus impliqué dans les deux groupes. L’inspiration est venue d’elle-même. C’est ainsi que l’on passe de titres folk tantôt minimaliste (‘Cut Me Down‘), tantôt plus contemporain (l’éponyme ‘Singing Saw‘) à ces ballades que l’artiste aime tant comme la très simple mais efficace ‘Ferris Wheel‘, ‘Destroyer‘ belle dans sa monotonie ou la délicate et aboutie ‘Black Flowers‘, à la guitare douce et aux choeurs chauds.

Mais si ces morceaux valent le détour, ils n’atteignent pas le trio de tête composé de ‘Drunk and on a Star‘, ‘Water‘ et ‘I Have Been to the Mountain‘ (ci-dessous). La première brille par sa beauté, nous embarquant avec un jeu de six cordes tout bête le long d’une belle promenade faite de cordes et d’un refrain entêtant, la seconde séduit par son ambiance de coucher de soleil américain et sa guitare slide pour nous emmener dans une ballade country-folk qui ponctue à merveille ce « Singing Saw ».

Enfin, le meilleur pour la fin, le single ‘I Have Been to the Mountain‘ prouve qu’il n’a pas été choisi par hasard. Guidé par une bondissante basse façon The Clash, Morby y évoque la relation entre le corps et l’âme après la mort, sujet lui étant venu peu de temps après le décès d’Eric Garner, Afro-Américain étranglé à mort par la police en 2014. Particulièrement travaillé et doté de choeurs, cuivres, solo fuzzy ainsi que de piano, ce titre est un parfait reflet de ce que Kevin Morby est capable de faire : des textes accomplis mêlés à des musiques variées, mais toujours accrocheuses.

Le genre d’artiste capable de marquer son époque, en somme.

 

« Singing Saw »

Kevin Morby

15 avril 2016
 
Auteur:
Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.