La Gale – « Salem City Rockers »

GlennPar Glenn  •  17 Sep 2015 à 18:46  •  Albums  •   1 view

La Gale revient avec son deuxième album intitulé « Salem City Rockers » avec des cadors de la production tels que Al’Tarba et I.N.C.H. Incisive, sans concession, la rappeuse nous lâche une bombe qui mérite de plus amples explications.

Sombre, c’est le premier mot qui m’est venu en tête après avoir appuyé sur « Play » pour décrire cet opus qui s’écoute d’une traite. Le flow de la Lausannoise est plus hargneux que jamais et la plume est tout autant acérée. Les textes sont plus introspectifs, mais le constat d’une société malade est clairement à l’ordre du jour, de là à en devenir désabusé, voire nihiliste. L’envie d’y échapper de manière physique et mentale se ressent sur de nombreux morceaux.

Les instrus’ soigneusement travaillées tapent lourdement entre les proses acerbes de Karine Guignard, tout en gardant leurs mélodies. ‘Salem City Rockers‘ en est le parfait exemple. Bien que l’ensemble de l’album est assez « boom-bap », ‘Petrodollars‘ sort du lot avec son soupçon oriental, accompagné par les chants flamencos de Paloma Pradal. On peut également parler de la séquence drum & bass entrecoupée des scratchs de DJ Nix’on sur ‘5000 km‘ et du solo de gratte sur ‘Qui m’aime me suive‘.

Pour son deuxième LP, La Gale place la barre haute et c’est tant mieux pour la musique du terroir. Elle est une preuve de plus qu’il n’y a pas forcément besoin de chercher trop loin pour du rap bien calibré. D’ailleurs pour les aficionados, le vernissage a lieu ce vendredi 18 septembre, au Romandie de Lausanne. Rendez-vous dès 21h pour une bonne claque!

Vitesse Records – 2015

Glenn

N’aimant pas particulièrement la musique, j’ai été catapulté ici par hasard et au-delà de ma volonté. Préférant l’austérité à la frivolité du spectacle de la débauche auditive, je compte les jours qui me permettront à long terme de devenir sourd. Le vacarme m’étant insupportable.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.