Le funk à distance selon The Electric Peanut Butter Company

OlivierPar Olivier  •  19 Nov 2015 à 18:26  •  Découvertes  •   4 views

Nous sommes bien placés pour le savoir, sans Internet, un incalculable nombre de projets divers n’auraient jamais existé. Ce serait d’ailleurs sans doute le cas de The Electric Peanut Butter Company, duo qui a débuté sa carrière en assemblant ses compositions par e-mails interchangés.

Chacun amateur de la musique de l’autre, c’est juste après le début de la décennie en cours que Shawn Lee et Adrian Quesada ont décidé de collaborer. Mais un problème les empêche de se réunir suffisamment pour composer ensemble. Qu’à cela ne tienne, ils décident d’enregistrer chacun leurs parties de leur côté avant de se les envoyer par le Net. Une technique peu commune de création musicale, mais qui n’enlève rien au résultat final.

« Trans-Atlantic Psych Classics Vol. 2 » sort ainsi en 2013 et balance treize morceaux entre soul (‘Backstreet Wall‘), funk (‘Big Tweed‘) et influences psychédéliques (‘Mono Man‘) qui nous ramènent directement à la fin des années 60. Les sons évoluent d’un titre à l’autre, la maîtrise est partout et les instruments sonnent comme rarement. Ce premier volume contient tout ce qu’il faut pour combler une envie de groove. Peu importe les circonstances, on trouve toujours le son que l’on souhaite entendre.

Il faut dire que les deux musiciens ne sont pas des nouveaux venus dans le milieu et encore moins des manches. Adrian Quesada est un producteur respecté et guitariste depuis 2004 du combo latin funk Ocote Soul Sounds, alors que Shawn Lee est selon moi l’un des meilleurs créateurs du moment. Ce dernier est actif depuis 1993 et a sorti vingt albums, éparpillés entre solo et duos, notamment avec le chanteur-guitariste AM (si vous ne connaissez pas, une écoute à ‘Somebody Like You‘ est obligatoire). Je vous recommande la discographie entière du bonhomme. Etant donné qu’il y a bien plus à garder qu’à jeter, ça ira plus vite.

Retour au début de cette année, date à laquelle débarque « Trans-Atlantic Psych Classics Vol. 1 », deuxième épisode des aventures de The Electric Peanut Butter Company. On y retrouve ce plaisir de créer et le talent des deux musiciens, mais cette fois-ci avec davantage de rock’n’roll. Les guitares sont plus acérées, les rythmes plus nerveux comme on peut le noter sur ‘Go Go Go‘, ‘Tennis Elbow‘ (ci-dessous) ou encore ‘Damn Skippy‘. La liberté et le plaisir sont une nouvelle fois le moteur principal du duo et c’est toujours avec le même plaisir que l’on lance la lecture du disque.

Une rencontre (à distance) entre deux artistes, deux albums exemplaires. Voici ce qui peut arriver lorsque des grands esprits se rencontrent.

 
Auteur:
Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.

Quand l'océan chante dans la voix de Lula Pena, le résultat ressemble à l'éclat d'une vague sur le...

Une première écoute au détour d’une soirée d’hiver, et voilà, j’étais contaminé.