Fréquence découvertes

PatrickPar Patrick  •  27 Fév 2015 à 17:13  •  Découvertes  •   1 view

« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ». C’était le temps où deux acteurs se partageaient le marché de la vente de disques en Suisse romande: City Disc et Fréquence Laser.

Petit coup de nostalgie dans nos découvertes hebdomadaire. Cette semaine on ne promeut pas une activité actuelle, mais on jette un regard dans le rétroviseur. Une époque où, pour acheter nos galettes, nous avions trois solutions: le disquaire indépendant, City Disc ou Fréquence Laser. Le premier survit toujours tant bien que mal. Le second a été racheté par Orange qui voulait diversifier son offre et le dernier a tout simplement disparu.

Fréquence Laser était vraiment un lieu à part. Ceux de Genève et Fribourg tout du moins. Le magasin genevois se situait au Pont de la Machine. Une ancienne usine des services industriels sur le Rhône, un cadre tout ce qu’il y a de plus atypique. On y entrait et directement l’atmosphère nous prenait les tripes.

Rez-de-Chaussée, la caisse principale où on pouvait commander (sans frais annexe) tous les disques qu’on désirait. On prenait l’escalier et l’endroit, divisé en quatre ou cinq ambiances, dévoilait l’entier de son potentiel. Un espace rock, un espace musique du monde, un espace classique, un espace variétés et un café. Chaque pièce passait sa musique et on se baladait d’un lieu à un autre, voire d’un continent à un autre.

Plus qu’un simple magasin, Fréquence Laser permettait la découverte. Non pas grâce à de grands étendards comme à la Fnac ou Media Markt, mais par le biais des vendeurs. Chacun avait sa spécialité et faisait passer sa passion avant le côté mercantile. On avait l’habitude de se perdre dans les dizaines de milliers de disques de rock tous les mercredis avec mes amis. Quand le gérant nous voyait arriver, il enclenchait les chaînes hi-fi qui allaient permettre d’écouter les quinze cds choisis après deux bonnes heures de prospection.

Une force qui s’est perdue dans les grands magasins actuels. Au grand dam des mélomanes qui sont orphelins d’un tel lieu de rencontre. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui LeMurDuSon tente de faire vivre cette tradition de la passion musicale en vous offrant chaque vendredi son lot de découverte. Jetez-y une oreille, vous ne risquez que de passer un bon moment.

Malvin

J’ai toujours eu tendance à aimer les chansons électrisantes sortant de la norme. Mixant aussi bien du jazz que du blues, passant par l’ancienne jungle aux profondeurs de la deep (Appelez-moi Dj Pléonasme), les perles sont nombreuses. En ce qui concerne Floating Points, on a affaire ici à un jeune gaillard de 24 ans, neuroscientifique de jour et Dj de nuit, qui nous présente ce que l’électro progressive de Ninja Tune a de mieux. 12 minutes de montées et descentes paraboliques rien que pour vous, étalées dans ce lit qui flotte paisiblement.

 

Raffaele

De temps à autre, je note dans un coin de mon téléphone le nom d’un morceau découvert à la radio ou dans la playlist d’un bar. C’est le cas pour ce mysterieux DJ (sont-ils plusieurs ?), GENERATI8N, et sa première sortie : ‘The new international sound’. À vrai dire, on ne sait pas grand-chose sur les personnes derrière la musique, aucune information, rien. Le titre recèle en fait une perle d’electro faite de contrastes entre beat lent de downtempo et rythme effréné, suivi d’aigus prenant leur envol. Difficile à croire ? Écoutez donc !

 

Alex

What do you want ? Soul music please ! C’est fort ! C’est entraînant ! C’est Curtis Harding ! Il a sorti son premier album « Soul Power » en 2014 et je vous jure que ça groove propre en ordre à l’ancienne. Cette découverte fait du bien. Écoutez ‘Keep on shining‘ et vous pourrez être accro par la suite.

 

Laura

Vous savez a quelle point j’aime les voix rauques. Peut être savez vous aussi a quel point j’aime découvrir des artistes qui remplissent ce seul critère avec brio.
Place a la gente féminine cette fois ci. Derrière sa crinière de lionne se cache un pet
it bout de femme qui a de quoi nous scotcher dès ses premières sonorités. Certains d’entre vous la connaisse grâce à l’interprétation du « Waiting all Night » de Rudimental, d’autres peut être auront découvert ses reprises sur le BBC Radio Live mais en dehors de la performehse, c’est Ella Eyre, la femme, et son univers qui m’intéressent.
Mais vaut mieux ne pas trop en dire.. Et laissons nous guider par son album « If I go« .

 

Patrick

Après de multiples EP, Adventures lance enfin son premier vrai disque. « Supersonic Home » que ça s’appelle et le single est titré très sobrement ‘Heavenly‘. On se situe dans une sorte d’indie très influencée par certains standards pop 90’s et le post-punk de la même période. Très agréable à l’oreille, le groupe a enfin trouvé sa voie et ça risque de faire mal ces prochains mois. Vous pourrez dire que vous en avez entendu parler pour la première fois ici.

Patrick

Un jour je chasserai la marmotte. En attendant j’écris bénévolement des articles sur des groupes obscurs pour me payer l’attirail nécessaire afin de réaliser mon rêve. La vie, c’est pas facile.

Dans le même genre...

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.

Quand l'océan chante dans la voix de Lula Pena, le résultat ressemble à l'éclat d'une vague sur le...

Une première écoute au détour d’une soirée d’hiver, et voilà, j’étais contaminé.