Un festival s’éteint

RaffaelePar Raffaele  •  30 Jan 2015 à 17:00  •  Découvertes  •   0 views

Photo: Photos Libres

Un évènement electro à Neuchâtel ? L’idée était séduisante, pourtant le Qbiix Day ne se produira pas une seconde fois. L’organisation, trop ambitieuse peut-être, escomptait 8000 spectateurs.

À Neuchâtel, les chiffres désastreux de préventes du festival electro Qbiix Day ont contraint la première édition à se délocaliser. Le festival ne s’est donc pas déroulé comme prévu au stade de la Maladière, mais aux patinoires du littoral. Deux têtes d’affiche prévues dont Bob Sinclar ont annulé leur venue, estimant que 3000 personnes -la capacité d’accueil des patinoires- ne suffisaient pas à honorer leur présence.

Faut-il retenir le snobisme de certains DJ superstars ? Oui mais pas seulement. Les têtes d’affiche mainstream attirent en principe un nombre plus important de personnes et paraissent inévitables. Et si le problème était ailleurs ? Peut-on imaginer que le « terreau » neuchâtelois  ne soit pas assez fertile pour les musiques électroniques ?

Peut-être qu’au lieu d’un festival annuel dédié à l’electro il serait préférable de proposer plus souvent et localement de bonnes soirées. Sans parler de superproduction, pourquoi ne pas organiser régulièrement des évènements proposant une electro underground de qualité ?

La house progressive et l’electro minimale sont deux styles qui pourraient attirer le public neuchâtelois chaque weekend. Un public ainsi initié permettrait sans doute d’assurer par sa présence la tenue d’un autre festival electro, mais sans programmer Bob Sinclar cette fois !

Alex

Le groupe belge Balthazar revient avec un nouvel album le 30 mars prochain. « Thin Walls » sera spécial en cela qu’il a été entièrement enregistré sur la route. ‘Then What‘ est un premier extrait prometteur. Rien de bien compliqué, juste une bonne ligne de basse, quelques coups de guitare et la batterie qui servent une voix doucement rance et aérienne. C’est efficace !

Patrick

Sorti en septembre et passé totalement en dehors de mon radar, le premier EP de toyGuitar commence gentiment à éclabousser le monde du punk-rock. Et pour cause! Formé, notamment, de membres de One Man Army et des Swiggin’ Utters, la troupe à du bagage. Ça sonne un peu surf, un peu 80’s et surtout ça se laisse délicieusement écouter. A vos baladeurs!

http://www.youtube.com/watch?v=q45Nf0jXASY

Olivier

Après King Gizzard & The Lizard Wizard, c’est maintenant au tour d’un autre éminent combo psychédélique australien de sortir un nouvel album.

Une année et demie à peine après « Hobo Rocket », POND vient en effet de publier le bien nommé « Man It Feels Li
ke Space Again ». Plus hypnotique et moins rentre dedans que son prédécesseur, il confirme une nouvelle fois tout le bien que l’on pense de la troupe de Perth.

Une valeur sûre.

Raffaele

« Tu seras la lune, je serai la Terre et lorsque nous exploserons, nous recommencerons encore et encore. » Par ces quelques mots tirés de son dernier titre ‘Begin Again‘, Purity Ring déclame un véritable poème d’amour. Il n’y a rien de niais ou de sirupeux dans cet amour-là, juste une indicible beauté. Portée par la voix cristalline de Megan, les sonorités trip-hop de Purity Ring sont de toute beauté. Avec son nouvel album « Another Eternity », le duo canadien peut espérer sans crainte un formidable succès.

Thom

Si son nom ne vous dit rien, celui de Will Butler devrait vous mettre sur la piste. Non ? Toujours rien ? Les deux frères sont pourtant membres d’un des groupes qui a le plus agité la sphère musicale durant ces dix dernières années: Arcade Fire.

Avec «
Policy », qui sortira en mars prochain, Will Butler décide de la jouer solo, lui qui n’est pas toujours sur le devant de la scène, son frère prenant pas mal de place dans leur projet commun. On constate avec ‘Anna’ que le garçon est doué, et qu’il n’oublie pas vraiment d’où il vient. On retrouve un peu de « Reflektor » dans les arrangements des cuivres, tout comme dans cette réminiscence post-punk tout droit sortie des 80’s.

On attend l’album avec une impatience mêlée de curiosité !

Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.

Quand l'océan chante dans la voix de Lula Pena, le résultat ressemble à l'éclat d'une vague sur le...

Une première écoute au détour d’une soirée d’hiver, et voilà, j’étais contaminé.