Festival Antigel : Cold Specks, ange et démon

OlivierPar Olivier  •  5 Fév 2015 à 18:08  •  Live  •   2 views

Il est 21h00, les lumières de la Salle communale de Genthod s’éteignent et cinq silhouettes montent sur scène, tels des spectres.

Pas de place pour les salutations, c’est avec de maigres lueurs rougeâtres comme seules sources luminescentes que Cold Specks entame leur performance.

Leur soul ténébreuse marque directement, au rythme d’une batterie marquée, de nappes de guitares déséquilibrées et de basses tantôt analogiques, tantôt synthétiques, imposantes. Et cette voix, celle d’Al Spx.

Diva sombre évoluant avec grâce et dotée d’une puissance insoupçonnée, survolant des champs de brouillard et nous ensorcelant au fil des minutes, un titre après l’autre. Une succube au visage d’ange dont on n’échappe pas au chant.

Et on se laisse faire, sans résister. On navigue d’un album à un autre, d’un chant traditionnel nord-américain à une implacable reprise de Nick Cave (‘We No Who U R‘). Parfois, on quitte la soul pour une ambiance plus rock, parfois on est captivé par la voix, parfois par la musique, parfois on ne sait pas trop ce que l’on écoute et cela n’a, finalement, pas d’importance, le corps est déconnecté, c’est la tête qui se régale et voyage.

Au point qu’il faille deux rappels pour la satisfaire et, enfin, laisser l’ange noir et ses sbires quitter les lieux.

Dans l’obscurité, évidemment.

Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.