España, te amo

AlexPar Alex  •  1 Jan 2015 à 07:00  •  Espagne, Tour du Monde  •   0 views

L’Espagne vous réchauffera le cœur durant le mois de janvier. Ses sonorités, que nous sélectionnerons pour vous, souffleront toute la beauté et le tempérament d’un pays de passionnés. La passion de l’amour, la passion de la bonne nourriture, la passion de la fête.

Mais aussi une certaine mélancolie historique datant de la glorieuse époque des rois et de la toute-puissance du Royaume d’Espagne. Ce n’est pas une nostalgie. Cela est évident. Parlons plutôt, moins maladroitement, du souvenir d’un temps d’abondance. Cette « gloire ancestrale » contraste vivement avec la période délicate que le pays traverse actuellement.

Notons enfin que le paysage musical espagnol est un énorme métissage. Nous y trouvons notamment une influence arabe due à la domination musulmane du Moyen Âge de 772 à 1492. Elle s’entend dans de nombreuses compositions de la péninsule ibérique notamment dans l’univers musical que je vais vous présenter.

Ce petit quelque chose de brûlant

Des percussions africaines et les accords du flamenco qui accompagnent une voix puissante et tranchante. L’impression de se trouver au bord de la Méditerranée à contempler les danseurs et observer le crépuscule. Ou alors, contempler depuis l’Andalousie les oliviers s’étendre à perte de vue. La magie d’être au milieu de plaines infinies. L’odeur de la mer qui vient de loin et remplit la terrasse où se produit un groupe andalou.

Des rêves surgissent dans la tête. ‘La Ruta’ invite immédiatement l’auditeur à embarquer pour un road-trip à travers l’Espagne. Des instruments à vent souffle dans ‘Hermano’. Un rythme gitan et la flûte traversière qui se marient dans une harmonie explosive. S’en suit une voix plus poussée et moins discrète avec ‘Espiral’.

La guitare se fait plus nerveuse. Elle embarque l’amateur de la culture hispanique pour un voyage dans un univers musical riche et métissé. La fraîcheur du piano discret de ‘Nacerá’ où l’on conte une histoire en musique. Enfin il y a le duo très touchant de ‘Creo’. Il ne reste plus qu’à relever les vagues que nous pouvons entendre sur ‘Se Me Escapó la Risa’. Tous ces morceaux forment un album à la frontière entre les cultures entourant la Méditerranée.

C’est ainsi que l’on devrait parler de La Jose et plus précisément de son premier enregistrement en solo : « Espiral ». Prenons-le comme un exemple intéressant du métissage hispanique dont je vous parlais en préambule.

RockCd Records – 2014

Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Il existe un tout petit milieu de l'électro underground en Chine. DJ, producteur, Sulumi appartient...

Le rock chinois s'invite chez nous le temps d'un festival, ou plus...

The Coral n'est pas qu'un groupe mais plutôt une mini scène musicale de Liverpool et de son...