Elynn, deux conteuses au charme fou

ThomPar Thom  •  1 Mai 2015 à 15:53  •  Live  •   2 views

Duo folk lausannois à la douceur sincère, Elynn nous touche en plein cœur grâce à ses mélodies et aux voix qui les accompagnent. Une véritable invitation à voyager dans leur univers.

Et de voyage, il en est question. Irina et Stéphanie partagent les deux des racines maternelles d’ailleurs. L’une est Macédonienne, l’autre Algérienne. L’amitié rentre aussi en compte dans cette histoire. Celle de deux filles qui se sont rencontrées sur les bancs de l’école, et qui n’ont cessé de chanter depuis, mêlant leurs voix pour le plus grand bonheur de nos oreilles.

L’aventure commence tôt, vous l’aurez compris, mais elle prend la forme d’Elynn à l’aube des années 2010. Les comparses sortent d’abord une démo qui va se balader et aller raconter ses histoires au creux des oreilles des Romands. Les histoires plaisent, et d’autres vont apparaître bien vite. C’est ainsi qu’en 2015, elles vernissent leur premier album.

En live, les deux amis s’entourent de musiciens talentueux, comme Thierry, issu du duo blues The Two, Félix, un batteur qui s’est distingué notamment avec le groupe Aliose, et finalement Fanny, violoncelliste que l’on a pu entendre avec la Sinfonietta. Avec eux, elles forment Elynn the Green.

Leur premier opus, « Five Seasons« , sera verni au Bourg le 7 mai prochain. Les deux vaudoises n’ont donc pas fini de tisser de belles histoires autour de fils mélodiques solides, mais d’une infinie délicatesse.

Thom

En 210 caractères, on peut dire de moi que j’aime: mettre du Maggi sur mon pain et les bande-annonces au cinéma. Je n’aime pas me raser et la peau sur le lait. Par contre, pas la place pour parler de musique.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.