Cully Jazz : Un mercredi soir en demi-teinte

LauraPar Laura  •  16 Avr 2015 à 18:30  •  Live  •   1 view

Certains vont me traiter de vieille alors que je suis la deuxième plus jeune de l’équipe. Ils me diront que je ne tiens pas la route, « reprends des shots et ça repart, jusqu’au bout de la nuit ». There is no tomorrow.

Car il faut l’avouer, je ne m’attendais pas à une soirée pareille. Un sentiment en demi-teinte en dépit de la grande qualité des artistes qui nous étaient proposés.

Tout a donc commencé ce mercredi 15 avril. Après une belle journée de boulot, de retours et d’aller-retours, de recherche de place de parkings et de pestage contre l’air conditionné qui donne mal à la tête, me voilà enfin arrivée au Cully Jazz. L’idée de la soirée est la détente; profiter de la vue, discuter avec les canards, boire du bon vin. Au menu: Shai Maestro Trio et Lisa Simone pour clôturer. Un beau programme sous le thème de la révélation.

shai-maestro-picture2

Ma faute, me direz-vous, a été celle de croire que le premier faisait l’ouverture de la deuxième. My bad. Pourtant, j’ai été surprise par le set improvisé du trio: un peu trop calme à mon goût.

Loin de moi l’envie de critiquer le jazz instrumental, qui dans leur cas était une vraie merveille, mais peut-être auraient-ils dû penser à nous réveiller. Un demi-sommeil qui était plus perturbé par les personnes qui sortaient du Chapiteau que par un rythme soutenu. Il aurait été plus judicieux de programmer ce concert en dehors d’une salle sombre; J’aurais adoré pouvoir écouter ce trio assise dans l’herbe avec un petit verre. Néanmoins, témoignant de la qualité et des frissons qu’on a pu ressentir, de nombreuses personnes se sont levées pour les applaudir.

Et puis vint la lumière…

Il est vrai qu’à 22h30, alors que le deuxième show se mettait en place, je me suis sentie un peu découragée. Je faisais déjà le calcul pour savoir quand il allait finir, quand j’aurais retrouvé ma voiture et surtout quand je serais de retour dans mon patelin. Et c’est là qu’est arrivée Lisa Simone, LA fille de la célèbre Nina Simone; « The one and only legacy » comme elle le prône fièrement.

La comédienne de Broadway est venue présenter pour la première fois en Suisse son premier album « All is Well ». Sublimée par sa robe et au rythme entraînant de ses musiciens, Lisa Simone rentre sur scène avec son « Bonsoir », sa présence et sa puissante voix: Ok, ça va mieux.

C’est en français que la chanteuse nous parle, il y a beaucoup d’émotion. Après avoir vécu ses douze premières années sur les rives du Léman, la chanteuse n’était jamais revenue en Suisse. Nous sommes de petits chanceux et elle nous en gratifie avec un show qui remet tout le monde sur pied. Alternant les morceaux, la chanteuse retrace certains aspects de sa vie sans évidemment oublier de nous interpréter ‘Ain’t got no, I got life’ de feu sa maternelle.

httpa://youtu.be/5xbUx44mKpA

Ouf. C’est bon, je suis toujours une jeune louve. Et je n’ai grandement pas honte de me dire que c’est cette artiste, du haut de ses cinquante-deux ans, qui m’a enfin décidé de lever mes fesses et de danser. Il n’y a pas à dire, Lisa Simone est une vraie panthère. Elle se meut doucement et gracieusement, son regard est envoûtant: pourvu qu’elle ne soit pas en voie d’extinction.

Laura

Si nous étions censés rester sur place, nous aurions des racines à la place de nos pieds.

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.