Congregaciòn, le son cosmique du Chili

LauraPar Laura  •  15 Juil 2015 à 17:30  •  Albums  •   0 views

Estrecha a tu hermano‘, ‘El dulce espiritù de la soledad/ama a la muerte hermano‘, ‘Atrapados por un sentimiento‘… autant de titres qui ne demandent aucune interprétation, autant de titres qui se définissent par eux-mêmes.

Enregistré en 1972, « Congregaciòn viene » est le seul cd que l’on connaîtra du groupe rock « hippie » chilien Congregaciòn mené par Antonio Smith. Un CD trop peu connu, qui n’aura pas eu le mérite pendant longtemps d’être apprécié à sa juste valeur. La faute à qui? Aux milieux artistiques peu ouverts, aux critiques peu constructives qui qualifiaient le chanteur de « tenorino aux nuances homosexuelles« . Si son pays n’était pas encore prêt à accueillir son travail à cette époque, beaucoup de ces habitants lui rendent hommage aujourd’hui.

Une musique faite de couches,
Une musique qui demande de l’attention.

Il faut, en effet, se pencher plus d’une fois sur les paroles d’Antonio Smith pour décrypter leur sens. Au coeur de celles-ci se trouve un manifeste philosophique, des réflexions et questionnements politiques et religieux. Un CD qui pourrait être perçu comme prémonitoire, à l’aube du coup d’Etat de 1973. Ce groupe à la vie très brève (trois ans) aura eu le mérite d’avoir une vision qui combine la préposition à l’union collective et la disposition d’un changement intérieur:

Tendremos que unirnos
para poder construir
e
l mundo que tanto anhelamos
para luego aprender a vivir. 

httpa://youtu.be/QBFSqKwEcSU

Nous unir pour construire ce monde auquel nous avons tant aspiré pour ensuite apprendre à vivre. En collaboration avec des membres de Los Jaivas et Los Blops, Congregaciòn se différenciait de tout autre artiste. Réflexif dans une époque de certitudes, cosmique plutôt que matériel, pacifiste plutôt que militant. Les sons issus de la multitude d’instruments témoignent de cet envol spirituel et sonore. On y distingue, tout d’abord, des sonorités naturelles; oiseaux, cloches d’église, vents. Puis, s’y ajoute le son pur des instruments à corde et à vent: flûte, violoncelle, trutuca et une invention propre à dix-huit cordes nommées plectofòno.

1973 approche, Congregaciòn se voit obligé de s’exiler: « Lorsqu’il te manque quelque chose d’essentiel, comme l’air te manque, tu vas chercher cet air ailleurs » raconte Antonio Smith. L’Argentine leur tend les bras, ils n’en reviendront pas, se sépareront et laisseront derrière eux ces chants du passé.

httpa://youtu.be/DSlng0j-weg

Laura

Si nous étions censés rester sur place, nous aurions des racines à la place de nos pieds.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.