Chantal Acda – « The Sparkle in our Flaws »

AlexPar Alex  •  7 Mar 2016 à 12:00  •  Albums  •   12 views

Le scintillement dans nos défauts. C’est la traduction de « The Sparkle in Our Flaws ». Un titre pareil n’est certainement pas synonyme de mauvaise musique. Un mot est tracé sur le cover et remplacé par flaws. Chantal Acda nous dit-elle que les défauts nous rendent plus authentiques et humains ?

Son album contient huit morceaux, ce qui suggère que la qualité était peut-être prioritaire à la quantité lors de l’enregistrement des morceaux et dans la tête de la musicienne à la voix fébrile. Et puis un nom apparaît à l’intérieur de la pochette : Peter Broderick. Il y a aussi un certain Valgeir Sigurdsson. Ce dernier a notamment travaillé sur le dernier album d’Olivia Pedroli : « A thin line ».

Les crédits disparaissent de plus en plus au profit du tout-digital. Nous n’y faisons pas toujours attention. Et pourtant ils disent quelque chose au sujet de l’univers musical et des choix artistiques d’un musicien. Cela ne doit jamais se perdre parce qu’ils sont généralement intéressants et importants comme dans le cas présent.

Ainsi, si l’on connaît un peu le parcours de Peter Broderick, ex-membre du groupe de pop expérimental  Efterklang, on sait qu’il y aura des arrangements particuliers. D’une part les parties instrumentales auront probablement leur importance dans les morceaux tout comme des lignes de cordes délicates et, d’autre part, le son se voudra certainement planant.

On le remarque notamment au début de ‘The sparkle in our flaws’ avec d’étonnants pincements de guitare et le soin de lier paroles et arrangements, en particulier quand la chanteuse belge chante « breath the same air » avec toujours plus d’insistance et que les cordes imitent presque un souffle haletant.

Un album subtil et peut-être indispensable

Les harmonies jouent un rôle central dans les compositions de Chantal Acda. Sa voix légèrement cassante s’harmonise à plusieurs reprises à celle plus aigüe de Peter Broderick. Ce dernier simule parfois un écho fantomatique. Les deux artistes se répondent par exemple dans l’épuré ‘Up and Down’ où les silences entre les paroles donnent une résonance intemporelle à la musique. Deux musiciens semblent s’être trouvés et cela fait plaisir.

On trouve diverses subtilités musicales. Il y a notamment l’utilisation des cymbales mises en avant et caressées à la manière du jazz dans ‘Games’. Des teintes électroniques ajoutent encore une nouvelle dimension à la musique de Chantal Acda dans ‘Minor Places’. On tombe aussi sur une rythmique entêtante et – j’ose le mot – cavalière à la manière de Message To Bears. C’est le classique guitare-batterie-violon qui donne envie d’aller courir dans une forêt interminable, en toute liberté.

Le sommet de l’album est la trompette en sourdine qui surgit gracilement au milieu de ‘The Other Way’. Même si le très pop ‘Homes’ lui dispute ce statut. Il ouvre admirablement un disque dont les échos devraient peuplées tous les hauts-parleurs et les discothèques des mélomanes en herbes.

« The sparkle in our flaws » pourrait peut-être obtenir un statut similaire au « For Emma, forever ago » de Bon Iver : indispensable. Je le saurai après des centaines d’écoutes et après avoir vu un concert de Chantal Acda qui passera notamment en Suisse pour deux dates.

 
Chantal Acda - "The Sparkle in our Flaws"

« The Sparkle in our Flaws »

Chantal Acda

2015
 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.