Brûlures familières

AlexPar Alex  •  1 Mar 2015 à 07:00  •  Découvertes  •   2 views

Les notes font la musique. Mais les mélodies font les souvenirs et modifient parfois l’instant présent en nous propulsant dans le passé. Un jeu de sentiments auquel je vous invite à participer avec cette playlist de brûlures familières.

Ce n’est pas la nostalgie. Personne ne veut retourner en arrière. C’est peut-être la mélancolie, la saudade de nos amis lusophones. Ce désir de revenir vers une période glorieuse, une époque lumineuse de nos vies. Ce retour en arrière qui nous arrive dessus un soir de la semaine et nous plonge dans nos pensées.

Certains ne gardent que la tristesse de la mélancolie ; moi, je préfère prendre l’autre part plus lumineuse, sentir les rêveries que ce sentiment éveille, les identifier, les réaliser et puis les vivre. Ce foyer est fécond et ne tarit jamais complètement; encore moins s’il y a de la musique pour attiser le feu de nos envies. Ce que doit être cette playlist !

Tout brûle à l’intérieur lorsqu’on écoute cette liste de morceaux. Ce ne sont pas des braises qui consument l’esprit mais plutôt les flammes qui l’illuminent. Ces éclats de lucidité quand nous sortons de nos pensées pour voir clair, apercevoir l’évidence. Cela peut être un reflet dans les transports publics, le sourire d’un proche, l’étreinte d’une personne, le contact de la tendre moitié.

C’est un peu cela les brûlures familières qui résonnent dans la playlist de la semaine. Ce sont des musiques qui font exploser l’espace-temps, des mélodies atemporelles. Celles qui nous accompagnent tous les jours, nous réchauffent et nous donnent le plaisir d’exister.

Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.

Quand l'océan chante dans la voix de Lula Pena, le résultat ressemble à l'éclat d'une vague sur le...

Une première écoute au détour d’une soirée d’hiver, et voilà, j’étais contaminé.