Blackmill

OlivierPar Olivier  •  29 Juil 2012 à 01:13  •  Découvertes  •   6 views

Depuis maintenant quelques années, le dubstep a le vent en poupe. De plus en plus présent lors de soirées, ce style de musique électronique (directement reconnaissable par ses basses surpuissantes) a clairement été connu du grand public grâce à des artistes comme Skrillex, Borgore, Nero ou encore Skream.

Alors que le dubstep « old-school » (époque 2002-2007) était plutôt influencé par le dub et possédait un côté chill, la nouvelle génération est appréciée pour ses drops meurtriers et ravageurs, plus heavy metal. On peut donc dire que le dubstep est devenu une musique que l’on n’écoute plus pour se détendre, mais pour danser.

Vous imaginez donc ma surprise quand, l’autre jour, je suis tombé sur ce jeune producteur écossais dont le dubstep ne tape pas, mais relaxe.

Du haut de ses vingt ans, Robert Card alias Blackmill, fait ce que l’on peut appeler du dubstep mélodique. Pour faire simple, on remplace les gros drops et autres saturations par de délicates mélodies, principalement jouées au piano. Le tout donne un mélange de son à la fois massif et planant. Je vous laisse vous faire une idée avec le titre ‘Friend‘.

Après avoir commencé par composer de la trance quand il avait quinze ans, Blackmill s’est intéressé au dubstep et a sorti son premier album, « Reach For Glory« , en février 2011. Un album onze titres possédant quelques morceaux excellents, comme ‘Evil Beauty‘, ‘City Lights‘ ou encore ‘Journey’s End‘.

Quelques mois plus tard, en décembre 2011 plus précisément, le jeune Écossais sort son deuxième album, « Miracle« . A la pochette splendide, ce LP onze plages est une véritable réussite et est plus abouti que son prédécesseur. Les pistes sont plus longues, plus travaillées et l’univers musical s’élargit un peu puisque la drum and bass ainsi que le hip-hop s’invite sur deux morceaux (respectivement ‘Don’t Let Me Down‘ et ‘The Drift‘). Je ne peux que vous conseiller d’écouter ce disque soit bien installé dans un canapé, soit dans votre lit avant de dormir. Effet garanti.

Notamment avec les titres ‘Embrace‘, ‘Lucid Truth‘, ‘Love At Heart‘ et l’éponyme ‘Miracle.

Depuis la sortie de « Miracle« , Blackmill continue de poster régulièrement de nouvelles compositions (dont ‘Friend‘ posté ci-dessus fait partie) sur sa chaîne YouTube.

De bon augure pour un troisième album ? On l’espère sincèrement tant ce jeune producteur à du talent et ses réalisations sont agréables.

Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.

Quand l'océan chante dans la voix de Lula Pena, le résultat ressemble à l'éclat d'une vague sur le...

Une première écoute au détour d’une soirée d’hiver, et voilà, j’étais contaminé.