The Animen – « Are We There Yet? »

OlivierPar Olivier  •  3 Déc 2015 à 18:18  •  Albums  •   13 views

Retour en arrière, nous sommes en 2013. Un joyeux quintet genevois sort « Hi ! », premier album 100 % rock’n’roll mêlant avec brio mélodies pop d’antan, voix écorchée et swing du diable. Le succès est fulgurant et voilà The Animen parti sur les routes de Suisse et d’Europe.

Deux ans plus tard, les voici de retour. Il s’en est passé des choses entre temps. L’envie d’offrir un deuxième opus se fait sentir et initie un voyage aux Etats-Unis. Plus précisément à Nashville, presque évidemment. Bien que souvent cataloguée du côté britton du rock, c’est bien du sang américain qui coule dans les veines de la troupe. Cette affection pour la soul, le rhythm’n’blues et le swing ne vient pas de la Perfide Albion, mais de chez l’Oncle Sam.

Assisté à la console par Andrija Tokic, producteur entre autres pour Alabama Shakes et Benjamin Booker – excusez du peu-, c’est onze titres que le dorénavant quatuor enregistre et sélectionne pour ce « Are We There Yet ? ». Après un enregistrement à l’arrache pour « Hi ! », le son de ce deuxième album est la première chose que l’on remarque. C’est travaillé, bien équilibré et propre comme jamais, peut-être même trop par moment, effaçant un peu la fougue des guitares.

« Give me something to die for »

Néanmoins, cela n’affecte pas plus que ça les morceaux, ces derniers étant moins nerveux qu’auparavant. On sent l’envie du groupe de se faire plaisir, n’hésitant pas à sacrifier leur côté le plus pop pour se diriger davantage vers les ballades soul (‘Below Eternal Snow‘, ‘These Aren’t Raindrops‘, ‘My Favourite Colour is You‘) et les complaintes blues (‘Tell the Kid‘, ‘Staggo Me‘) ou rhythm’n’blues (‘I’d Rather be Alone‘). Si le son est plus léché, la direction musicale prise par les Genevois est, elle, plus brute.

Incidence directe, on retrouve sur ce disque moins de tubes grand public potentiels. Là où quasiment tout le premier album pouvait passer en radio, on ne voit sur « Are We There Yet ? » que le single ‘At War‘, le bondissant ‘On the House‘ à mi-chemin entre Rolling Stones et Stooges ou ‘Them on the Pictures‘ pour se frayer un chemin sur les ondes.

A l’heure où la survie de beaucoup de formations passe par l’omniprésence médiatique, les Animen ont décidé de ne pas céder à ce système. Une initiative qui prouve bien que les gaillards n’obéissent qu’à une seule loi : « It’s only rock’n’roll ». Et c’est tout à leur honneur.

 

« Are We The Yet ? »

The Animen

21 novembre 2015
 
Auteur:
Olivier

Défenseur du rock’n’roll, expert en prix de l’essence, fanatique de la Sainte-Boisson et éternel admirateur de Yannik Paratte.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.