Ane Brun – ‘Alfonsina y el mar’

AlexPar Alex  •  17 Fév 2015 à 07:00  •  Reprises en volée  •   2 views

La musique traverse les océans et les mers. Elle survole le monde entier et dépose partout un peu de poésie. Le morceau ‘Alfonsina y el mar’ est un bel exemple de ce type de voyage. Nous irons de l’Argentine jusqu’en Scandinavie.

Le pianiste argentin Ariel Ramírez et l’écrivain Felix Luna composent ‘Alfonsina y el Mar’ en hommage à la poétesse Alfonsina Storni. Le morceau apparaît pour la première fois sur l’album « Mujeres Argentinas » de Mercedes Sosa en 1969. Elle l’interprète avec une puissance vocale impressionnante.

Cette chanteuse est connue comme la Voz de América et pose sa voix sur les musiques folkloriques sud-américaines. Autant dire qu’elle est un monument de la musique d’Amérique latine et du monde hispanique. Au même titre que pourrait l’être Edith Piaf dans la francophonie.

‘Alfonsina y el mar est une zamba. Ce genre musical est typiquement sud-américain et trouve son origine dans les campagnes d’Argentine. On le danse traditionnellement en couple comme une danse de séduction. Mais le seul contact entre les danseurs est un mouchoir, el pañuelo. On la rencontre également au Pérou et au sud de la Bolivie.

Par la suite, les reprises se multiplient. Le jazzman Avishai Cohen livre une interprétation quasi acoustique. Tandis que Silvia Pérez Cruz propose une version plus musicale. Mais je voulais surtout vous faire découvrir la version épurée et arrangée avec plus de cordes de la Norvégienne Ane Brun.

Comme quoi la musique ne perd jamais de sa force, elle en gagne parfois avec le temps, malgré les voyages qu’elle entreprend et seulement si elle est bien interprétée.

Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Dom La Nena a sorti un nouveau EP en 2016. Elle y reprend 'Scenic World' de Beirut.

Le rappeur anglais, Devlin reprend le fameux 'All Along The Watchtower' de Bob Dylan, mais...

Tame Impala en acoustique et sans effets psychédéliques, c'est en fait tout aussi beau.