Atari Teenage Riot – «Reset»

RaffaelePar Raffaele  •  18 Fév 2015 à 17:00  •  Albums  •   5 views

Atari Teenage Riot revient cette semaine avec un sixième album, «Reset», dont l’écoute n’est pas de tout repos. Actifs depuis plus de vingt ans, les Berlinois tentent-ils de remettre les compteurs à zéro? Les titres proposés, une dizaine en tout, sont d’une qualité très inégale et laissent à penser que la formation s’essouffle.

Avec leur digital hardcore mélangeant musique techno et sonorités punk, Atari Teenage Riot fait partie des groupes ayant marqué les années 1990. Depuis 1992, la formation allemande a connu plusieurs bouleversements, notamment le départ et l’arrivée de nouveaux membres. À vrai dire, le groupe tel qu’on le connait aujourd’hui est issu d’une refonte datant de 2009.

De nombreux anciens morceaux d’Atari Teenage Riot sont à ranger dans la catégorie « musée » de votre discographie. Les sons électroniques ont énormément évolué ces deux dernières décennies: fort de ce constat, certaines créations ont plutôt mal vieilli. Elles conservent néanmoins cette force de refléter l’esprit d’une époque et d’une génération.

Faire du neuf et laisser l’ancien

Comment le groupe a-t-il pris le virage des années 2010? À entendre «Reset», on ne peut s’empêcher de ressentir un certain scepticisme. Le sentiment se renforce sur la page du clip ‘Modern liars‘, où l’on trouve de nombreux commentaires de fans déçus. Bien que le visuel du clip soit esthétique avec la forme d’un dessin animé d’animation, le rendu musical est assez mauvais. On attend avec espoir une montée qui n’arrive jamais, un emballement du beat qui ferait lever les bras, emportant tout sur son passage. Hélas, l’espoir se voit déçu, rien de tel ne se produit.

Heureusement, certains morceaux restent bons et transmettent l’esprit contestataire du groupe. L’album s’ouvre sur un ‘J1M1‘ efficace et rythmé, à la guitare électrique très présente. On retrouve un peu de cette énergie propre à Atari Teenage Riot sur le morceau éponyme ‘Reset’. Certaines de ses tournures rappellent d’ailleurs des effets utilisés chez The Prodigy, à 1:17 par exemple. Autre curiosité, et sans doute au final le morceau le plus intéressant du disque: ‘We are from internet‘. Il s’agit d’une composition presque exclusivement electro, inventive et bien ficelée.

Atari Teenage Riot devra se réinventer pour survivre et conquérir un public renouvelé. Peut-être dans l’orientation plus dj set avec des éléments de live comme laisse entrevoir ce dernier morceau. Original à l’époque, le mélange explosif electro-punk ne fait désormais plus recette. En attendant que la bande mette en musique un souffle retrouvé, on se souviendra de ceSpeed‘ filmé à l’arrache aux puissantes teintes hardtek.

À noter que l’album complet est en libre écoute ici.

Digital Hardcore Rec/La Baleine – 2015

Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.