Zenzile – « Berlin »

RaffaelePar Raffaele  •  25 Mar 2015 à 18:26  •  Albums  •   11 views

Peu connue ici en Suisse, la scène dub française est d’une grande richesse et diversité. Parmi les fers de lance de cette scène se trouvent les Angevins de Zenzile, oeuvrant  depuis deux décennies. Leur dernière production purement instrumentale, « Berlin« , met en musique un film des années 1920.

Le dub, vous connaissez? Ce dérivé électronique du reggae est assez rare chez nous, tout au plus quelques soirées par-ci par-là dans les grandes villes. En revanche, chez nos voisins français, le style est beaucoup plus populaire. Les soirées aux murs de son (aucun jeu de mots avec notre site), aux empilements d’enceintes tenues par des « spencettes » délivrant de vibrantes lignes de basses sont légion.

Certains groupes français font figure de légendes, et leurs concerts sont l’assurance d’une ambiance au top. On trouve par exemple les Lyonnais d’High Tone, Kaly Live Dub, Brain Damage, Improvisators Dub et… Zenzile. Impossible de tous les lister, ce serait trop long, mais certains d’entre eux bénéficient d’une renommée internationale.

Routards du dub, Zenzile prennent leurs distances avec le classique contretemps issu du reggae, et proposent un son plus expérimental, mais non moins réussi sur « Berlin« . Par son expérimental, il ne s’agit pas d’une construction déstructurée et parfaitement inaudible. Ici, Zenzile a gardé le meilleur du dub, les rythmiques minimalistes, mais parfaitement maîtrisées et juste ce qu’il faut d’effets électroniques. Hormis ces effets, tout est purement instrumental.

On ne peut pas vraiment dire que l’on a affaire à un pur album de dub, bien qu’il en tire ses influences. Mettant en musique un documentaire de 1927, le groupe nous prend par la main pour découvrir ce qu’était le Berlin de cette époque. De la rue à l’usine en passant par le jardin d’enfants, on traverse des ambiances, des tableaux, portés, guidés par Zenzile.

Nous sommes bien loin du style de « Zentone« , album métis issu de la collaboration entre High Tone et Zenzile en 2006. Excellent album au demeurant, « Zentone » reprenait les fondamentaux du dub en explorant ses côtés plus obscurs, déviant parfois sur la vague d’énervement propre à High Tone.

Conseils d’utilisation: « Berlin« , cette bande sonore de film réalisée presque un siècle après, se laisse apprivoiser en musique de fond ou à l’occasion d’un trajet en voiture. Il suffit d’appuyer sur Play et laisser le disque tourner, la magie opère d’elle-même. Zenzile s’éloigne des registres connus, explore avec talent des perspectives musicales nouvelles pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

Yotanka – 2014

Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.