Wovenhand – « Star Treatment »

GlennPar Glenn  •  7 Oct 2016 à 16:48  •  Albums  •   15 views

Wovenhand, le side project de David Eugene Edwards, sort sont huitième album nommé « Star Treatment« . Un opus mêlant americana, folk et étrangetés venant du désert, là où le mystique est au rendez-vous.

Les aficionados arriveront à faire de suite le rapprochement avec le groupe Détroit de Bertrand Cantat. En effet par le passé, le bassiste Pascal Humbert a prêté main forte à 16 Horsepower et Wovenhand, les deux bébés de l’homme du Colorado.

Ce dernier n’ayant pas abandonné sa voix sombre et énergique, clairement influencé par les chants chamanistiques de Jim Morrison, à l’instar de ‘Come Brave‘ précédé par un roulement de batterie retentissant. Ceci est confirmé sur ‘Swaying Reed‘ où Edwards fait quasi du spoken avec derrière une musique lourde, intense, ritualiste et tribale par moments. S’ajoute à cela ‘Crook and Flail‘ qui est très arabisant et assurément hypnotique.

Il n’y a pas à aller par quatre chemins, le son et les paroles contenus dans cet album reflètent intensément le christianisme fervent du chanteur qui explore la fascination humaine pour les nuits étoilées et le cosmos. Le personnage ressort comme une version d’un Nick Cave initié aux mystiques bibliques. Mais ce n’est pas que cela, puisque ‘The Hired Hand‘ est un rockabilly racontant l’histoire d’un tueur à gages.

De plus, ‘Golden Blossom‘ est une ballade d’amour avec beaucoup de reverb tandis qu’ ‘All Your Waves‘ sonne comme une incantation venant d’une tribu amérindienne par sa rythmique. Ainsi, « Star Treatment » n’est pas forcément un album évident à aborder à la première écoute. Mais à force, il est fascinant au fil des minutes qui passent.

Sargent House – 2016

Glenn

N’aimant pas particulièrement la musique, j’ai été catapulté ici par hasard et au-delà de ma volonté. Préférant l’austérité à la frivolité du spectacle de la débauche auditive, je compte les jours qui me permettront à long terme de devenir sourd. Le vacarme m’étant insupportable.

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.