W.A.S.P. : la résurrection d’une idole aux Docks

LouisPar Louis  •  8 Nov 2017 à 11:41  •  Live  •   72 views

En 1992, W.A.S.P. sortait « The Crimson Idol ». Cet album particulier qui allait entrer au panthéon des tous grands albums de heavy metal sera rejoué dans son intégralité vendredi aux Docks.

« The Crimson Idol » est un album particulier. D’emblée, les amateurs s’accordent pour dire que les sommets d’écriture que Blackie Lawless, leader de W.A.S.P., y atteint, à la fois en tant que compositeur et parolier, ne sont jamais égalés aussi bien dans les albums précédents que dans ceux qui succédèrent à ‘Crimson’. Mais cet album se détache au sein de la discographie du groupe à d’autres égards. Par exemple, bien que le line-up de W.A.S.P. ait toujours été fluctuant, seul Blackie servant de fil conducteur entre ses différentes déclinaisons, « The Crimson Idol » s’apparente plus que les autres à un solo-album pour Blackie Lawless, sur lequel se produiraient d’autres musiciens en seule qualité d’invités, ne prenant aucune part à l’écriture, et relégués dans le fond de la salle une fois leur mission remplie – ainsi, l’album ne sera pas suivi de l’habituelle tournée de promotion, laquelle ne surviendra de facto qu’en 2007, à l’occasion du quinzième anniversaire de sa sortie.

Des leitmotivs sur un disque de heavy metal

Les thèmes abordés dans les paroles tranchent aussi avec les habitudes du groupe, qui empruntait volontiers au glam son penchant pour les gonzesses et l’alcool à coup de morceaux au titres aussi évocateurs que ‘Animal (Fuck Like A Beast)’ ou ‘L.O.V.E. Machine‘. Sur « The Crimson Idol« , on gagne en sérieux, puisque ce concept-album unit toutes ses pistes dans une seule et même histoire, celle d’un certain Jonathan Steel, rockstar fictive rejetée par ses parents, qui finit par se suicider sur scène dans un ultime appel à l’aide à l’adresse de ses géniteurs.

À l’image de sa thématique, « The Crimson Idol » propose un heavy metal beaucoup plus ambitieux que le hard rock rentre-dedans des débuts de W.A.S.P., étirant des hymnes à la ‘Hallowed Be Thy Name‘ qui atteignent parfois les dix minutes, dans le cas du titre de clôture, ‘The Great Misconceptions Of Me‘ (à écouter ci-dessous), véritable antienne du heavy metal. Enfin, et c’est probablement un cas unique dans l’histoire du heavy metal, dans la continuité de sa thématique continue, l’album n’hésite pas à réutiliser des thèmes, mélodiques ou vocaux, au fil de ses morceaux, qui servent de leitmotiv rock pour évoquer des états d’esprit ou des personnages.

Alors que Blackie Lawless, qui a depuis trouvé la foi, tente de prendre ses distances avec le ‘vulgarité’, pourtant bon enfant, de ses débuts, rejouer « The Crimson Idol » sur scène lui offre l’occasion de concilier à la fois la démarche marketing mais sympathique du retour aux sources, sans pour autant retomber dans les frasques glam de sa jeunesse. Et vu la qualité de l’album, on ne va pas s’en plaindre, puisqu’il hisse à lui seul W.A.S.P. au niveau de géants comme Iron Maiden et Judas Priest, qui ont peut-être injustement toujours jeté de l’ombre sur Blackie Lawless et ses copains.

 

W.A.S.P. (US) + Rain (IT)

Les Docks
Vendredi 10 novembre 2017
53 CHF
 
Auteur:
Louis

Je recherche : une édition originale de l’EP éponyme de Medieval Steel en 12 ». Je propose : deux cannettes un jeudi à la Ruche. Eh ouais, l’expat’ fribourgeois n’a pas perdu ses habitudes langagières arrivé à Lausanne.

Dans le même genre...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.

Ko Shin Moon est une musique de voyage pour les voyageurs sonores. Malvin l'a vérifié en live au...