Veruca Salt – « Ghost Notes »

YannickPar Yannick  •  13 Juil 2015 à 12:06  •  Albums  •   6 views

Deux mille quinze semble marquer le retour des groupes de rock alternatif aux voix féminines. Après Sleater-Kinney un peu plus tôt cette année, c’est au tour de Veruca Salt de revenir. Pour notre plus grand bonheur.

Cela faisait neuf ans que le groupe de Chicago n’avait plus présenté de nouvel album, 18 que les membres originaux n’avaient pas enregistré ensemble. Car oui, plus encore qu’un simple retour, ce nouvel effort marque la réunion des quatre protagonistes des deux premiers albums de Veruca Salt, et notamment du premier « American Thighs » (1994) qui a fait la renommé du groupe. Louise Post, Nina Gordon, Steve Lack et Jim Shapiro avaient annoncé il y a deux ans leur projet de retravailler ensemble. Le résultat est dans les bacs depuis le 10 juillet, sous le nom de « Ghost Notes ».

Pas comme avant, mais presque.

Contrairement à de (trop) nombreuses réunions de groupe, les membres de Veruca Salt ne se sont pas juste contentés de plaire aux fans nostalgiques en faisant la même chose qu’il y a 20 ans. Le ton a évolué. Exit les power chords et la production grunge, la formation propose désormais un rock intelligemment construit et hautement accrocheur. Mais attention, Veruca Salt est un groupe des années 90, et il le reste ! Si certains titres tirent résolument sur la pop (‘Laughing In The Sugar Bowl’), le tout sonne globalement très nineties. Les racines grunge ne sont d’ailleurs parfois pas très loin, notamment sur ‘Black and Blonde’. Mais la principale évolution dans le jeu des Chicagoans est d’avoir drastiquement ralenti le tempo. ‘The Sound Of Leaving’ est peut-être la pièce la plus caractéristique de ce changement. Mais on pourrait également citer ‘Lost On Me’ ou la très réussie ‘Empty Bottle’.

En 18 ans, beaucoup de choses ont changé dans le monde de la musique et du rock. C’est indéniable. Mais avec ce « Ghost Notes », Veruca Salt nous démontre que les années 90 ne sont pas si loin. Fermez les yeux, vous verrez…

 El Camino – 2015

Yannick

Une semaine est composée de sept jours, une guitare possède six cordes et la main humaine compte cinq doigts. Bizarre, non ?

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.