Un vendredi à Festi’Neuch

PatrickPar Patrick  •  16 Juin 2018 à 16:15  •  Festivals  •   82 views

Quand on passe quatre jours en immersion, il y a forcément des souvenirs qui ressurgissent. Le plus souvent ce n’est cependant pas ceux auxquels on pense en premier.

Prenons la soirée d’hier. Il y a d’abord eu cette interview avec le groupe Nyonnais Alice Roosevelt qui m’a rappelé mes plus folles soirées au bord du lac de Genève… Léman pardon. Mais il y a surtout eu ce concert de Coilguns, stratosphérique. Peut-être que la qualité musicale n’aura pas touché tout le monde, mais l’énergie déployée par Louis Jucker et ses copains a fait ressurgir de fantastiques souvenirs.

Dans Coilguns il y avait tout ce qui m’avait amené à écouter des groupes comme Converge ou Breach. Cette furia sur scène qui fait les grands concerts, ceux qui restent en mémoire de manière imperméable. La musique, celle qui pourtant nous rassemble, passerait presque au second plan l’espace de 45 minutes, voire une heure, d’un show flamboyant.

Il en vient à se poser une question fondamentale. Pourquoi sommes-nous là? Pour des sons déjà maintes fois entendus que nous sommes heureux de reprendre en coeur comme ‘Over the Rainbow‘ à 5h dans l’ivresse du matin ou pour une performance? Chacun aura son avis sur la question et je ne suis juge que pour moi. Ce que j’aime c’est le show, le vrai. A Festi’Neuch évidemment qu’il y a de bonnes surprises – Alice Roosevelt en a été une – mais pour la baffe, il fallait être hier à la Marée.

Une grosse claque du passé qui m’a replacé à l’Usine de Genève il y a une quinzaine d’années pour le concert d’adieu de Nostromo, avant leur retour. Un ring de boxe posé en pleine salle, un micro qui descend du plafond et un Javier qui entonne ‘Sunset Motel’ dans la folie que pouvait provoquer une telle rencontre. Louis Jucker et ses potes sont de la même trempe. Quoiqu’ils fassent, quel que soit leur projet, cela détonnera et fera se lever les foules. Longue vie à eux, et longue vie à nos meilleurs souvenirs. A la fin, ce sont nos meilleurs moments qui finiront, toujours, par ressurgir.

 

Festi’ Neuch

Neuchâtel

14-17 juin 2018
 
Auteur:
Patrick

Un jour je chasserai la marmotte. En attendant j’écris bénévolement des articles sur des groupes obscurs pour me payer l’attirail nécessaire afin de réaliser mon rêve. La vie, c’est pas facile.

Dans le même genre...

La 5e édition du festival fribourgeois est la meilleure à ce jour.

Parfois, on s'attend à ce qu'un article nous apprenne de nouvelles choses, nous éclaire sur une...

Une alternative intimiste à un Montreux Jazz gargantuesque