Un petit détour par le Swing’n’Plage

AlexPar Alex  •  17 Juin 2018 à 12:00  •  Festivals  •   74 views

Il y a toujours des increvables dans les festivals. Ceux qui, malgré l’âge ou la fatigue, continuent à s’amuser, à danser, à chanter, à parler et à s’aimer. Bien sûr les pas de danse s’imposent naturellement lors des concerts, mais ils sont légions en un lieu : la Plage.

L’atmosphère est au demi-sommeil lors de l’arrivée en début d’après-midi à l’espace presse. Les va-et-vient sont encore discrets et épars. Rien n’annonce encore l’énergie d’un samedi soir à Festi’Neuch. Nos organismes de mélomanes se remettent gentiment mais sûrement en marche. Les cafés de la sympathique équipe du bar de la zone sont plus que la bienvenue avant les tempêtes musicales de la troisième soirée du festival – sold out par ailleurs. C’est reparti.

Juste le temps de rencontrer Jaba des Moonraisers et de discuter autant musique qu’agriculture avant le début des festivités. Un samedi dont le sommet musical sera Warhaus. Le groupe belge n’aura pas déçu. Il y a aussi eu la bonne surprise de l’électro puissante d’Ammar 808 et la confirmation Imany. Une femme à la voix unique et au charisme volcanique qui a littéralement absorbé l’attention du chapiteau entier dans son regard et sa musique. Les concerts ne sont toutefois pas au centre de cette petite chronique. Comment ?!

Et oui ! tout ça semble a priori étonnant. Ne vous inquiétez pas, nous parlerons tout de même musique. Et quelle musique ! Celle de DJ Mitch, 70 ans bien trempés sans doute, qui a enflammé La Plage entre 19h45 et 22h15 à renforts de swing, rythm’n’blues et de black rock’n’roll. Les vinyles des années trente, quarante et cinquante ont crépité par dessus l’eau. Quelques fantômes du blues sont revenus à la vie parmi le public. L’homme a éduqué la foule en précisant l’année et le nom des artistes qu’il passe, l’a fait twister sans interruption et a rappelé avec vigueur d’où venait à peu près toutes les musiques actuelles.

Deux femmes ont dansé dès le début du set et n’ont jamais vraiment arrêté. Une énergie communicative qui a vite fait d’embarquer tout le rivage dans un même rythme de folie. Les pieds se sont levés à hauteur des cuisses et les corps ont tourné sur eux-mêmes. Je vous assure également que j’ai réactivé l’application déhanché de mon logiciel danse et n’ai pas eu peur de descendre dans les genoux avec enthousiasme. Même les enfants et les familles ont soulevé le sable de La Plage. Les fans de Roméo Elvis, majoritairement adolescents, n’ont pas non plus hésité à « lâcher la bête ».

Tout ça parce qu’un monsieur increvable a montré qu’il n’y a pas d’âge pour aimer la musique et la partager. Oh non ! Et heureusement !

 

Festi’ Neuch

Neuchâtel

14-17 juin 2018
 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

La 5e édition du festival fribourgeois est la meilleure à ce jour.

Parfois, on s'attend à ce qu'un article nous apprenne de nouvelles choses, nous éclaire sur une...

Une alternative intimiste à un Montreux Jazz gargantuesque