« There’ll be no one to save, with the world in a grave »

YannickPar Yannick  •  31 Mai 2015 à 10:00  •  Découvertes  •   0 views

Si l’amour et ses relations tumultueuses ont inspiré de nombreux artistes, il est un autre sujet, ô combien plus lourd, qui a également engendré un nombre important de chansons; la guerre.

Au Moyen-Âge déjà, les troubadours passaient de cour en cour afin d’y relayer d’épiques récits de batailles glorieuses. Mais ne remontons pas si loin. Concentrons-nous sur les cinq à six dernières décennies. Autant d’années marquées par de nombreux conflits, qui ont tous, d’une manière ou d’une autre, inspiré les artistes. En tête des guerres les plus propices aux protest song, nous retrouvons bien évidemment celle du Vietnam, dans laquelle les États-Unis se sont engagés de 1964 à 1975.

Next stop is Vietnam

Un nombre presque incalculable de chansons dénonçant ce conflit ont été composées durant cette période. La plus charismatique est sans doute ‘Fortunate Son’ par Creedence Clearwater Revival (1969). Même si elle ne s’attaque pas directement la guerre du Vietnam, elle est devenue un hymne du mouvement de contre-culture des années ’60.  Au même titre que ‘Masters Of Wars’ de Bob Dylan, sortie en ’63 sur le génial deuxième LP du chanteur de Duluth « The Freewheelin’ Bob Dylan« . Un pamphlet adressé aux personnes qui s’enrichissent de la guerre, sans en payer le prix. « Come you masters of war, you that build all the guns […] you that hide behind desks« . La critique est relayée sept ans plus tard par Black Sabbath et leur ‘War Pig’ (1970). Bruce Springsteen s’est de son côté inquiété du sort des vétérans du Vietnam abandonnés par le pays pour lequel ils s’étaient battus dans ‘Born In The USA‘ (1984).

La décennie ’60, de par son mouvement de contre-culture, son « esprit Woodstock », a été fertile aux chansons dénonçant les atrocités de la guerre. La playlist qui suit n’est certes de loin pas exhaustive, mais reprend plusieurs des titres charismatiques de cette période. Ainsi, vous retrouverez le titre ‘Eve Of Destruction’ de P.F. Sloan, interprété par Barry McGuire (1965), peut-être le plus beau texte antiguerre jamais écrit. Mais aussi ‘I Ain’t Marching Anymore’ de Phil Ochs (1965), ‘The War Drags On’ de Mick Softley (1965) ou ‘War’ d’Edwin Starr (1970).

« War, what is it good for? Absolutely nothing !« 

Mais d’autres affrontements ont également engendré de grandes chansons. Le conflit Nord-Irlandais, et plus précisément la tuerie du 30 janvier 1972 à Derry, a inspiré le ‘Sunday Bloody Sunday’ de U2 (1983). Onze ans plus tard, les Cranberries rendent hommage via le titre ‘Zombie’ (1994) aux deux jeunes garçons tués dans les attentats de Warrington, perpétrés par l’IRA provisoire le 20 janvier 1993.

Le 21e siècle a aussi eu son lot de conflits et de chansons antiguerres. De nombreux artistes se sont investis pour dénoncer l’implication américaine en Irak. Nous retiendrons notamment ‘B.Y.O.B‘ de System Of A Down (2005), un titre qui compare l’invasion en Irak à une grande fête. « Everybody’s going to the party have a real good time. Dancing in the desert blowing up the sunshine ». Le groupe de country Old Crow Medicine Show y est également allé de son ‘Big Time In The Jungle’ (2004) dénonçant la méthode de recrutement de l’armée américaine, n’hésitant pas à se rendre dans les bars pour y « repêcher » les jeunes un peu paumés. L’idée est relativement similaire dans le titre ‘Hero Of War’ de Rise Against (2008). « He said son, have you seen the world? Well, what would you say if I said that you could ? Just carry this gun, you’ll even get paid« .

Mais pour commencer, histoire de se convaincre que l’inspiration des artistes pour la guerre ne date pas d’hier, la playlist s’ouvre sur le chant traditionnel irlandais ‘Johnny I Hardly Know Ya’ datant du 17e siècle, ici interprété par The Irish Rovers.

Bonne écoute.

War songs from LeMurDuSon_ch on 8tracks Radio.

Yannick

Une semaine est composée de sept jours, une guitare possède six cordes et la main humaine compte cinq doigts. Bizarre, non ?

Dans le même genre...

Quand la musique est à la limite de la cassure, nous nous émerveillons devant les moindres détails.

Quand l'océan chante dans la voix de Lula Pena, le résultat ressemble à l'éclat d'une vague sur le...

Une première écoute au détour d’une soirée d’hiver, et voilà, j’étais contaminé.