Cette chronique ne parle de personne mais de souvenirs. De souvenirs qui veulent rester encrés et qui veulent se perpétuer.