La symphonie urbaine de Kickblast

RaffaelePar Raffaele  •  8 Oct 2015 à 14:00  •  Live  •   3 views

Quand on tombe par hasard sur un bon groupe encore peu connu, la joie est toujours au rendez-vous. La joie de connaître quelque chose de nouveau en se disant qu’on va pouvoir le recommander à ses potes. Celle de les entendre dire quelques jours plus tard « trop bien le son dont tu m’as parlé! ». J’ai ressenti cette joie-là en découvrant Kickblast.

Kickblast, rien que le nom est évocateur: quelque chose en lien avec les soirées, qui tape dans les oreilles. Il s’agit en fait d’un duo français d’electro hip-hop pas sérieux du tout. Actifs depuis 2011, ils ont déjà sorti deux galettes, « Symphonie 1ère en kick bémol » et « Chat qui pète« . Un groupe pas sérieux, donc, composé de James Digger et de Bonbec le MC glycémique (rien que ça). Ils se foutent de la gueule d’à peu près tout, à commencer par eux-mêmes.

Facile de rire, mais pour que le public suive, cela doit être fait avec talent. Du talent, Kickblast en a à revendre. L’un de leurs premiers morceaux, ‘Johnny est mort‘, décrit avec cynisme la France en deuil après le décès imaginé de Johnny Hallyday. Une image, un symbole tombent et tout s’écroule. De loin, Kickblast semble trouver ce spectacle bien loufoque. Leur clip met en scène le bon vieux fan de Johnny moustachu qui pète un câble en apprenant la disparition de son idole.

Plus récemment avec ‘Chat qui pète‘, Kickblast parodie les vidéos virales sur le Net. Une moquerie fine et forte (comme la moutarde) permettant au groupe de dénoncer toutes les bêtises que l’on peut trouver sur le Web, celles qui n’élèvent de loin pas la condition humaine. Si le second degré est le mot d’ordre de Kickblast, ils lâchent parfois un morceau plus sérieux, comme ‘Ou pas‘, laissant exprimer davantage de sensibilité. Au cas où on en douterait, ces deux-là savent tout de même réfléchir.

Le rap a le droit de ne pas être engagé

Au niveau purement musical, pas grand-chose à redire. Les instrus sont bien fichues, tendant parfois méchamment vers l’électro, donnant un côté violent à certains morceaux. Je pense à ‘Les MC’s sont des robots‘ en particulier. Cela peut décourager une écoute à la maisonmême si le morceau donne certainement bien en live. Le flow de Kickblast est par ailleurs impeccable et les clips travaillés, malgré des moyens que l’on devine restreints.

Qui a dit que le rap devait être sérieux? Ce sera la question de fin. Hasard du calendrier, j’ai découvert Kickblast peu de temps avant de tomber sur un très bon article à propos du rap, publié sur Jet d’Encre. Le propos des auteurs est de critiquer les chroniqueurs de télévision qui s’en prennent au rap parce qu’il n’est pas engagé. Ce faisant, ils enferment un style de musique dans un carcan, dans une image qui relève du cliché. Alors, marrons-nous bien. Johnny est mort, vive Johnny!

Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

Le groupe de heavy metal américain jouera son meilleur album dans son intégralité vendredi dans la...

Richard Galliano et Ron Carter clôturent avec complicité le succès de l'édition 2017 du festival...

Le Joshua Redman Trio était à la hauteur des attentes au JazzOnze+ Festival de Lausanne.