Suns of Thyme – « Cascades »

RaffaelePar Raffaele  •  7 Juin 2016 à 12:37  •  Albums  •   7 views

Carré, psychédélique, 80’s… difficile de trouver le bon adjectif pour qualifier le nouvel album de Suns of Thyme. Le groupe allemand mélange un grand nombre d’éléments musicaux pour le bienfait suprême du rock.

Mettez « Cascades » dans votre lecteur et c’est parti pour 14 morceaux d’indie rock allemand. On avait déjà apprécié leur précédent album ainsi que leur prestation lors de la dernière édition du Montreux Jazz Festival. Cette fois-ci, Suns of Thyme entre d’office dans nos groupes de référence, tout simplement parce qu’ils sont vraiment bons.

Ce nouvel album est donc une occasion en or pour les découvrir. Il s’écoute du début à la fin avec une assez grande variété de morceaux et sans aucun ennui. C’est assez rare pour être souligné. Côté influences, elles sont légion. On découvre une rythmique new wave sur ‘Do or die‘, qui ouvre les hostilités. Il y a un petit côté The Cure qui s’efface bientôt pour laisser place à une multitude d’autres sonorités, allant du rock psychédélique perché dans les nuages au son bien plus industriel avec une grosse disto.

L’auditeur est baladé

Suns of Thyme s’offre même le luxe de quelques influences orientales sur des morceaux tels que ‘The field‘ ou ‘Kirwani‘. Le pari semble risqué, mais la mayonnaise prend complètement et l’on se retrouve avec des sons hybrides réussis. En fait, le groupe nous balade du début à la fin de l’album, nous emmenant là où bon lui semble dans un voyage sonore d’une grande richesse.

Malgré les influences variées évoquées plus haut, la constante de « Cascade » est incontestablement la qualité de ses compositions. Ce qu’ils font, ils le font vraiment bien et au service du rock. Suns of Thyme demeure dans les groupes à suivre de près, avec un son recherché et travaillé comme on les aime.

Pour le coup, la plus belle réussite de l’album, ‘Deep Purple Rain‘, est disponible en écoute sur cette page.

 

« Cascades »

Suns Of Thymes

2016
 
Auteur:
Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.