Sudan Archives – ‘Come Meh Way’

AlexPar Alex  •  20 Jan 2018 à 12:00  •  Découvertes  •   102 views

Wow ! L’expression est soudaine et s’accompagne d’une jouissance musicale immense. Pourquoi ? Parce que je découvre à l’instant le premier EP de la violoniste autodidacte Sudan Archives et ça envoie fort et bien. Quelque part entre Fela Kuti, Tchaikovsky, Erykah Badu et Nicolas Jaar.

L’américaine mélange musique électronique, afrobeat et sample de violon. Une véritable révélation ! Vraiment. Quelque chose que je n’avais jusqu’à là jamais entendu. Que c’est motivant ! Elle puise à la fois dans les rythmes du patrimoine musical du nord-est de l’Afrique et dans les influences sans doute plus américaines du hip-hop. Sa voix se pose sur tout ça avec une assurance toute groovy.

Les percussions aussi se mêlent ici et là au violon. Les cordes crissent et sont pincées de manière planante dans le brillant ‘Oatmeal’, se succèdent en saccades aigües sur ‘Come Meh Way’ et sont teintées de R&B sur ‘Goldencity’. Tout ça me rappelle par ailleurs le foutraque-génie Andrew Bird qui triture tout aussi bien le même instrument.

Bref, j’écoute là quelque chose de l’ordre du génial. Comme quoi, le conservatoire – que Sudan Archives n’a pas suivi – formate peut-être trop fortement le son. C’est bien mieux quand une musicienne s’amuse librement avec son instrument, le pousse à ses limites allant jusqu’à mixer le violon en beats.

 

« Sudan Archives EP »

Sudan Archives
14 juillet 2017
 
Auteur:
Alex

De Brel à Fink en passant par Louis Armstrong et Sigur Ros, voilà ceux qui me marquent et touchent. La musique doit être un voyage, un envol et un rêve. Réveiller l’âme. Veiller l’être. Dévoiler le cœur.

Dans le même genre...

Les deux premières chansons de l'artiste bruxelloise sont des bijoux de pop

Ils sont quatre pour composer des fragrances néo-psychédéliques et la rareté créatrice de l’Oural....

Les bulles d'air pullulent dans les fonds musicaux de Jon Hood.