Silver Firs – « EP 1-3 »

RaffaelePar Raffaele  •  17 Mar 2016 à 15:50  •  Albums  •   1 view

Les Bernois de Silver Firs sont davantage connus à l’étranger qu’en Suisse. On espère bien que la tendance va s’inverser ! Leur « EP 1-3 » marie folk et psychédélique à merveille.

Abreuvé de sonorités sans frontières, Silver Firs ont bâti leur réputation en devenant no 1 des charts de Hype Machine avec leur titre ‘Motherland‘. Cette plateforme recense les morceaux dont parlent les blogs musicaux. Résultat: les Bernois ont vu leurs deux premiers EP diffusés sur quantités de radios états-uniennes et canadiennes. La classe.

Musicalement, les Silver Firs ont opté pour la navigation sur nuages. Nous sommes dans quelque chose de coulant, léger et aérien. En langage plus prosaïque, il s’agit d’une folk teintée de psychédélisme. Mené par Raphaël Elmiger qui assure les compositions, le groupe offre une place de choix à l’aspect rythmique. Les percussions posent la base où vient naturellement s’emboîter le reste. Et quel reste !

Un parfum de soleil et de printemps

Le son de guitare est mélodieux à souhait sans être encombrant. Les voix résonnent d’un écho marqué, comme si les notes se perdaient dans le vent. Ça sent bon le soleil et le printemps. À choisir, les titres appuyés par la voix féminine de Belia Winnewisser demeurent les plus aboutis, à l’exemple de ‘Heartland‘.

« EP 1-3 » réunit, comme son nom l’indique, les trois extended play de Silver Firs. L’album nous permet d’appréhender l’évolution du groupe depuis ses premiers enregistrements en 2013. On éprouvera bien du plaisir à l’écoute de morceaux anciens comme ‘Icarus‘ ou ‘Orion‘. Cependant, le groupe affirme davantage sa patte dans ses réalisations récentes, à l’image de ‘Danse Macabre‘  qui mérite à lui seul quelques mots.

Danse Macabre‘ réunit ce que le groupe fait de mieux à tous points de vue. Rythme, chant et harmonie s’unissent et prennent l’auditeur par la main. On a l’impression de chevaucher au trot à la tombée du jour, l’immensité du monde s’offrant à nos yeux subjugués.

 

« EP 1-3 »

Silver Firs

23 octobre 2015
 
Auteur:

 

Raffaele

J’ai grandi dans les années 90, mes influences sont un vrai patchwork musical. J’apprécie selon l’humeur un gros beat electro, un flow hip hop ou l’effervescence d’un concert de rock. ‘Faut que ça groove !

Dans le même genre...

La sensualité enserre la musique de Warhaus d'une étreinte à la fois ferme et délicate.

Préparez vos oreilles, Metz est de retour... et avec Steve Albini aux manettes.

Les punks de Hateful Monday sont de retour avec un nouvel album.