Shannon Wright

AlexPar Alex  •  16 Avr 2013 à 13:55  •  Interviews  •   159 views

Au début, la rencontre devait avoir lieu à 19h mais un sympathique journaliste du Courrier a interviewé Shannon Wright avant et j’ai dû patienter au bar du Romandie. Il y a pire vu la gentillesse des personnes qui gravitaient alors autour de moi. Et puis, le concert de la soirée n’allait pas commencer avant 22h donc le temps n’était pas un problème!

DSC_7854

Photographe: Sandra Hildebrandt

Par ailleurs, l’interview ci dessous est illustré par les clichés pris par la photographe Sandra Hildebrandt durant le concert. Nous la remercions et la saluons pour son travail. Ce qui inaugure également une nouvelle dimension que nous souhaitons proposer à nos lecteurs et développer. Nous estimons que la qualité d’un site internet musical passe aussi par l’image. C’est pourquoi nous tentons dès à présent d’inclure peu à peu la photographie à notre contenu.

Les passionnés de l’image ne manquent pas. Nous voulons donc leur offrir un lieu d’expression et de visibilité. Vous pourrez encore le vérifier à la suite du concert de Daughter le 18 avril prochain au Romandie de Lausanne où Sandra sera également de la partie. Mais assez parlé de ce nouveau projet et passons à l’interview de Shannon Wright.

L’honnêteté de Neil Young

La joie d’avoir la chance de discuter avec l’artiste américaine était grande. Même si la discussion en anglais était un beau défi. Et puis, Shannon Wright n’a pas l’habitude de donner des interviews avant ses concerts. Ce qui rendait l’entrevue d’autant plus précieuse. J’attends donc son retour en regardant le soundcheck des Animen. Ce qui est réjouissant quand on voit déjà l’énergie du groupe avant le concert.

Et puis tout à coup, on me fait signe de venir dehors puisque le premier interview est terminé. C’est mon tour. Shannon Wright me sert la main avec la timidité et la douceur qui la caractérise hors de la scène. Nous cherchons dès lors un endroit où faire l’interview. D’abord, l’idée des loges est évoquée. Puisque le groupe de Shannon Wright se change encore nous choisissons les loges des Animen qui font toujours le soundcheck. Au passage, ces derniers seront ce samedi chez Disc-à-Brac à Lausanne pour le Record Store Day! Ne les manquez pas.

Nous prenons ainsi place dans un canapé et j’évoque d’entrée l’influence de Neil Young sur la musique de Shannon Wright. Elle me répond que les compositions du canadien sont effectivement comme un bande-son à sa vie. Elle parle notamment de l’honnêteté du travail de la légende du rock présent au prochain Paléo Festival le mardi 23 juillet 2013. Parce qu’elle estime que Neil Young vient d’un endroit honnête et vrai.

DSC_7891Auto-critique et alchimie scénique

Lorsque nous évoquons ensuite la diversité de ses albums, le langage devient touchant. Puisqu’elle tient beaucoup à remettre en question son travail. Voilà pourquoi toutes ses productions sont si différentes et passent d’un extrême à un autre.

Cette diversité dans les compositions ne connaît qu’une seule et unique motivation: le public. Puisque Shannon Wright dit qu’elle veut avoir une connexion avec le public durant les concerts sans être au centre de l’attention. C’est pour cela qu’elle dit écrire depuis la perspective humaine. Elle précise ensuite la notion de paysage dans sa musique en la définissant comme un lieu où le public peut faire d’un morceau, son morceau.

Elle parle ainsi de la musique comme une étrange alchimie. Parce qu’elle donne confiance au public et celui-ci lui redonne l’altruisme de son comportement scénique par la présence à ses concerts. Par ailleurs, quand cette confiance n’existe pas cela la blesse. Elle me confesse même avec un rire adorable qu’elle n’hésiterait pas de rembourser quelqu’un qui n’a pas aimé son concert.

Elle apprécie dès lors la scène au point de m’affirmer avec détermination que si elle quittait la musique, le live lui manquerait le plus. Elle n’est en effet pas le genre de personne à inventer des histoires pour toucher plus de gens. Mais plutôt une femme au langage franc comme elle le démontre d’ailleurs par son attitude durant tout l’interview.

L’agressivité s’exprime calmement

Elle insiste encore sur l’agressivité qui est une forme d’expression comme une autre. Elle souligne notamment l’importance de cette émotion au même titre que la douceur qui s’exprime par exemple sur l’album avec Yann Tiersen. Bien sûr, son univers musical est majoritairement noir. Mais la noirceur y touche aux mélodies lumineuses de l’auteur de la bande-son du « Fabuleux destin d’Amélie Poulain. »

Cette rencontre rappelle aussi que Yann Tiersen a un côté plus agressif qu’il combine merveilleusement bien à la douceur dans son album « Dust Lane ». Nous venons ainsi à discuter la manière dont les deux artistes se sont rencontrés. Apparemment, la simplicité des deux personnalités a fait le boulot pour la rencontre. Depuis le moment où Yann Tiersen a contacté le label bordelais Vicious Circle sur lequel Shannon Wright est toujours signée jusqu’à l’album « Yann Tiersen & Shannon Wright ».

Ainsi, l’Américaine s’est simplement rendue au domicile du Français et elle m’explique durant l’interview qu’ils ont été amis dès le premier mot échangé. À la base, il s’agissait seulement de s’amuser en jouant un peu des morceaux. Mais la complicité en est venu à un point qu’ils ont fini par enregistré le tout en 10 jours de travail harassant. Puisque les nuits se terminaient généralement vers les sept heures du matin et recommençaient à dix heures dans la matinée comme me le révèle Shannon Wright.

DSC_7987Seconde collaboration et avenir

L’idée d’un second album avec Yann Tiersen n’est pas à écarter tellement les deux artistes s’apprécient. Ils souhaiteraient néanmoins revivre l’expérience avec plus de temps pour la composition. Pour illustrer une dernière fois la complicité qui les réunit, elle me dit que lorsqu’elle pensait modifier une partie d’un morceau Yann Tiersen pensait exactement la même chose.

Shannon Wright précise enfin avec ironie qu’elle dit depuis 2007 qu’il n’y aura pas de nouvel album. Elle ne sait donc pas s’il y aura une suite à son dernier essai « In Film Sound » sorti en 2013. Elle me dit toutefois qu’une petite voix insiste toujours dans sa tête et la démange sans arrêt pour continuer. Mais pour l’instant elle se contente de profiter de ce qu’elle fait maintenant!

Enfin, je ressors de la loge en souhaitant un bon appétit et un excellent concert aux artistes qui se reposent avant la tempête du live.

 

Dans le même genre...

L’été des festivals s’apparente à un véritable marathon. A peine nos oreilles reposées qu’il faut...

On a rencontré Rocoeur, quatre neuchâtelois qui partagent la passion du… rock. Une interview un peu...

Entre mythologie, dragons, histoire et guerres, il y a Septris, groupe de métal qui s’est fait un...