Leningrad

GlennPar Glenn  •  25 Fév 2014 à 11:50  •  Russie, Tour du Monde  •   70 views

Je vous avoue que j’en ai mis du temps pour trouver un groupe russe qui me convienne. Peut-être que mes oreilles d’Occidental étaient trop réticentes à l’écoute des nombreux artistes qui composent ce grand pays ou peut-être que je n’ai pas suffisamment consommé de vodka pour me laisser guider par les airs du grand nord. Peu importe désormais, car j’ai fini par dénicher la perle sans doute grâce à tout cet enthousiasme olympique qui m’a permis de persévérer dans un esprit Coubertin sans faille.

Fans de musique balkanique à tendance ska de foire d’empoigne à la Goran Bregovic, Gogol Bordello ou encore Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra vous voilà servis! Le groupe en question s’appelle Leningrad, tout comme l’appellation sous l’ère soviétique de la charmante ville de Saint-Petersbourg dont ils en sont originaire.

Des paroles crues

À ne pas confondre avec les Finlandais de Leningrad Cowboys quasi du même genre musical, le groupe est composé de 14 membres, mené par Sergeï « Shnur » Shnurov et est apparu à la fin des années 90. Ils sont très vite devenus connus pour leurs paroles vulgaires contenant de l’obscénité, l’esthétisation de l’alcoolisme et beaucoup de mat russe (qui désigne une façon de s’exprimer argotique, grossière et obscène, basée sur un vocabulaire spécifique très cru, utilisée en Russie et dans d’autres communautés de langue slave) qui sont les raisons principales pour lesquelles en premier lieu, la majorité des radios russes ont refusé de les faire passer à l’antenne. Mais cela n’a pas arrêté la popularité grandissante du groupe, en partie à cause de leur riche orchestration de cuivres.

httpv://www.youtube.com/watch?v=4W_vc7suq6U

 

L’impact culturel

Le leader Sergeï Shnurov a indiqué que ses chansons sont à propos des bons côté de la vie, de la vodka et des filles. Pas en manque d’humour, plusieurs chansons récentes de Leningrad font allusions à des femmes qui vénèrent le pénis des hommes… Et cela embellie avec les chanteuses féminines que compose le groupe. Un exemple parmi d’autres des frasques qui n’est pas au goût de tout le monde à l’instar de l’ancien maire de Moscou, Youri Luzhov qui a plusieurs reprises, durant son long mandat, a fait interdire les gros concerts de Leningrad dans la capitale obligeant les Saint-Petersbourgeois à se produire dans de petites salles et des bars. Actif de plus de 20 albums, le groupe a marqué le paysage musical russe surtout lorsque il a fallu se moquer du culturel et du politique du pays: Appel à l’abstentionnisme en déclarant que « les candidats sont des tapettes » dans une de leur chanson ou encore lorsque Saint-Petersbourg a été considérée comme capitale culturelle de la Russie, un morceau ridiculise cette étiquette en faisant des références à l’alcoolisme et au crime qui gangrène la ville, sans parler de leur enthousiasme à se moquer des artistes pop et pop rock en faisant des reprises à leur sauce de ces derniers.

En somme, Leningrad représente sans doute la face amusante de la Russie, un pays trop souvent mis en avant comme rigoureux, autoritaire ou manquant simplement d’humour. Dès lors, en voici une belle preuve du contraire.

httpv://www.youtube.com/watch?v=tAVWIDolIBU

Dans le même genre...

Il existe un tout petit milieu de l'électro underground en Chine. DJ, producteur, Sulumi appartient...

Le rock chinois s'invite chez nous le temps d'un festival, ou plus...

The Coral n'est pas qu'un groupe mais plutôt une mini scène musicale de Liverpool et de son...